• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Le laboratoire Sanofi attaqué par des victimes de la Dépakine

L'association des victimes de l'anti-épileptique Dépakine entame, ce mardi 13 décembre, une action de groupe contre le laboratoire Sanofi. Il s'agit de la première action de ce type depuis l'autorisation de cette procédure dans le domaine de la santé.

Par Isabelle Gonzalez

C'est la toute première action groupée, appelée aussi "class action", à la française en matière de santé. L’Apesac, association de victimes de la Dépakine regroupe 2.000 familles, a donc enclanché ce mardi, une action collective contre le laboratoire Sanofi. 
"Nous avons lancé la première phase amiable de l'action de groupe en écrivant une lettre recommandée au groupe Sanofi-Aventis France pour lui demander d'accepter sa responsabilité et d'indemniser les victimes", a déclaré Me Charles Joseph-Oudin, l'avocat d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac).
Dépakine et indemnisation
Le ministère de la santé a annoncé a création d'un fonds d'indemnisation pour les victimes de la Dépakine, anti-épileptique dangereux pour les foetus. Au moins 14 000 femmes enceintes y ont été exposées depuis 2007 mais plusieurs dizaines de milliers de familles pourraient déposer une demande d'indemnisation. Pour elles, la création de ce fonds est un premier soulagement mais elles éprouvent d'abord désarroi et amertume. Des témoignages recueillis dans notre région par Yaelle Marie et Patrick Perrel - 25/8/16 - France 3 RA
Depakine :L'assemblée nationale vote un fonds d'indemnisation
L'Assemblée nationale a voté à l'unanimité la création d'un fonds d'indemnisation pour les victimes de la Dépakine, un anti-épileptique commercialisé par le laboratoire Sanofi


Etoile-sur-Rhône (26) : la dépakine au coeur des débats
Avec les interviews de : Samah Baibou, maman de 3 enfants ; Sylvie Billon, maman de 4 enfants ; Sabine Fressinier, maman de 2 enfants

Depakine : paroles de familles drômoises
Dépakine, ce médicament antiépileptique vendu depuis 1967, qui selon un rapport de l'IGAS provoque des malformations chez les foetus. Le témoignage de familles touchées... le reportage de S.Meallier, S.Hyvon, S.Murat - 24/2/16 - France 3 RA



A lire aussi

Sur le même sujet

Sécheresse en Haute-Loire : Alerte renforcée

Les + Lus