Cet article date de plus de 5 ans

Affaire Dentexia : paroles de victimes

Le 4 mars, la justice a prononcé la liquidation judiciaire de Dentexia qui proposait dans ses centres des prestations dentaires low cost dont de nombreux patients se sont plaints. Des prestations n'ayant pas été réalisées jusqu'au bout ou mal faites. Ces patients se sentent escroqués et abandonnés.
© France 3 RA

Rappels - Dentexia a été créé par un consultant, Pascal Steichen, sous la forme d'une association. Son concept: salarier les dentistes, les concentrer sur les soins grâce à l'emploi en nombre d'assistantes et rationaliser les actes, en regroupant notamment en un seul rendez-vous ce qui pourrait être fait en plusieurs. Au plus fort de son activité, Dentexia avait des centres à Paris, Chalon-sur-Saône et Lyon. Mais avant même la liquidation judiciaire, Dentexia était sur la sellette après la fermeture de plusieurs de ses centres pour des problèmes d'hygiène et les procédures de centaines de patients.  Un "Collectif contre Dentexia" a été créé à Lyon en janvier dernier. Tous racontent la même histoire : des soins  partiellement ou pas du tout réalisés mais entièrement payés. Certains se sont endettés pour payer les soins. Dentexia dirigeait ses clients vers des organismes de crédit et recevait directement l'argent. On estime à un millier le nombre de personnes lésées. 

Le dossier 
durée de la vidéo: 03 min 45
Scandale Dentexia : les victimes se sentent abandonnées ©France 3 RA
Intervenants
1 - Silvana Mocellin - Patiente de Dentexia
2 - Pascale Sève - Patiente de Dentexia
3 - Me Philippe Rudyard-Bessis - Avocat de Dentexia
4 - Me Pascal Couturier - Avocat du collectif lyonnais Dentexia
5 - Me Marie Vicelli - Avocate de l'ordre national des chirurgiens dentistes
6 - Gilles de Lacaussade - Directeur général adjoint agence régionale de santé Auvergne Rhône-Alpes


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société santé justice