Cet article date de plus de 5 ans

Audience de départage : les ex verriers de Givors déboutés devant les prud'hommes à Lyon

Le 2 février dernier, 60 ex-verriers de Givors étaient de retour devant les Prud'hommes de Lyon pour une audience de départage. Le juge professionnel devait examiner le dossier opposant les anciens salariés à leur employeur OI Manufacturing. La décision du juge départiteur a été rendue aujourd'hui.
"On ne va pas en rester là." Laurent Gonon, Porte-parole des anciens verriers de Givors.
"On ne va pas en rester là." Laurent Gonon, Porte-parole des anciens verriers de Givors. © France 3 RA
© France 3 RA
Les anciens ouvriers espéraient obtenir des attestations d’expositions aux produits cancérogènes de la part du groupe américain OI Manufacturing, leader mondial du verre d'emballage. Le tribunal des prud'hommes de Lyon les a déboutés ce matin. : les anciens verriers n'ont pas obtenu ni attestations, ni de réponse favorable à leur demande de réparations liée au préjudice d'anxiété. 

Or, les attestations réclamées devant la justice par les 60 anciens verriers de Givors sont "indispensables pour obtenir un suivi médical post-professionnel et la reconnaissance éventuelle en maladies professionnelles, comme le prévoient les codes du travail et de la Sécurité sociale" a rappelé Laurent Gonon, porte-parole des anciens verriers, dans un communiqué. Mais ces dernier n'ont pas dit leur dernier mot. Ils ont décidé de faire appel. 

Le reportage 
durée de la vidéo: 01 min 37
Audience de départage : les ex verriers de Givors déboutés devant les prud'hommes à Lyon ©France 3 RA


Rappels - Le 10 avril 2014, le tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Lyon avait reconnu l'origine professionnelle du cancer de Christian Cervantes, un ancien verrier de Givors, décédé en 2012. Le Tass avait estimé que le cancer du plancher buccal diagnostiqué en 2010 chez Christian Cervantes était "directement et essentiellement" causé par son "travail habituel" au service de ses différents employeurs de 1963 à 2003, et particulièrement par ses trente années au sein de la verrerie de Givors.

En mai 2014, le Tass reconnaissait également la "faute inexcusable" d'OI Manufacturing après le décès en 2010, à la suite d'un cancer, de Joseph d'Introno, un autre verrier de Givors.Le site de l'association des anciens verriers de Givors :  www.verriers-givors.com
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société santé