• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Auvergne-Rhône-Alpes : le groupe Modem revendique son indépendance au conseil régional

Le bâtiment du conseil régional à Confluence / © Charles Triballeau / AFP
Le bâtiment du conseil régional à Confluence / © Charles Triballeau / AFP

Cinq des sept membres du groupe Modem au conseil régional ont décidé de prendre leurs distances avec la majorité politique de Laurent Wauquiez. Ils quittent leurs fonctions éxécutives . Le groupe Modem se positionnera désormais "de façon indépendante et constructive".   

Par Philippe Bette

La fissure était annoncée au sein du Modem Auvergne-Rhône-Alpes dès le début de la semaine dernière. Elle a été actée vendredi par un communiqué du Mouvement démocrate : Cinq de ses sept membres quittent la majorité régionale. Le groupe Modem se positionne désormais "de façon indépendante et constructive".

Marie-Jeanne Beguet, Dominique Despras, vice-président chargé du tourisme, Michel Fanget, Francois-Xavier Penicaud et Laurence Vichnievski adoptent "un positionnement autonome" et démissionnent de leurs fonctions éxécutives. En revanche, Samy Kefi-Jérôme et Anne Pellet annoncent leur intention de rester membres de la majorité aux côtés de Laurent Wauquiez . 

Un délitement progressif 


Xavier Penicaud, coordinateur régional du Modem et vice-président de la commission "formation continue et apprentissage" au conseil régional, avait dès lundi dernier explicité les raisons de ses divergences avec la majorité de Laurent Wauquiez. En cause, le renoncement de la Région à une dotation d'Etat de 750 millions d'euros autour des compétences professionnelles des chômeurs. Visiblement, un "casus belli" pour le mouvement démocrate, attaché à la défense des demandeurs d'emploi les plus fragiles.      

"Auvergne-Rhône-Alpes est la seule région de France à n'avoir pas contractualisé ce plan gouvernemental qui représentait quand même 8% du budget régional. Tout indique que que l'éxécutif a cherché cet échec pour des raisons de politique nationale " explique X.Penicaud.

Il évoque aussi un délitement progressif de l'alliance politique nouée avec Laurent Wauquiez depuis les dernières élections régionales. "On est passé des coups de cure-dents à des coups de canifs dans le contrat". Un phénomène qui aurait pris encore d'autres proportions avec le départ du leader du groupe, Patrick Mignola, l'automne dernier.     

Le goupe Modem réaffirme son engagement à voter avec la majorité régionale sur des textes précis . Il s'en désolidarisera aussi publiquement chaque fois qu'il le jugera utile.   
 

"Aucune intention de démissionner"


Mr Samy-Kefi Jérôme, président du groupe Modem, nous a fait savoir en fin de journée qu'il n'avait pas l'intention de démissionner pour autant. "Nous avons été élus sur une ligne claire, estime-t-il. Je n'ai aucun motif de démission".

 Le conseiller régional ne partage pas davantage l'analyse à propos de la subvention d'Etat sur les compétences professionnelles des chômeurs . "L'absence d'accord avec la Région n'empêchera pas le versement de la dotation d'Etat . Elle sera tout simplement reversée à Pôle-emploi"        
 

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : manifestation de grimpeurs dans le Sancy contre l’interdiction de l’escalade et de l’alpinisme

Les + Lus