Covid 19 : à Lyon, les prestidigitateurs ont perdu (un peu) de leur magie

La période des fêtes de fin d'année est normalement faste pour les magiciens professionnels. Les arbres de noël et les spectacles sont en principe légion, mais cette année, c'est un grand vide qui sort du chapeau. Entretien avec deux artistes lyonnais qui, malgré tout, croient encore en la magie.

Le magicien et ventriloque Eric Dorey en spectacle lors d'un arbre de noël. 
La période des fêtes de fin d'année est normalement faste pour les magiciens professionnels. Les arbres de noël -justement- et les spectacles sont en principe légion, mais cette année, c'est un grand vide qui sort du chapeau. Entretien avec deux artistes lyonnais qui, malgré tout, croient encore en la magie.
Le magicien et ventriloque Eric Dorey en spectacle lors d'un arbre de noël. La période des fêtes de fin d'année est normalement faste pour les magiciens professionnels. Les arbres de noël -justement- et les spectacles sont en principe légion, mais cette année, c'est un grand vide qui sort du chapeau. Entretien avec deux artistes lyonnais qui, malgré tout, croient encore en la magie. © Jean-Paul Mondon

"Le moral ? Etonnamment ça va ..." confie Eric Dorey, un brin amusé. Pourtant, à 54 ans, ce prestidigitateur et ventriloque professionnel aurait toutes les raisons de trainer son spleen. Entre les deux confinements, ce Lyonnais a très peu travaillé. Quelques dates sont programmées dans un restaurant, mais l'exploitant a dû suspendre les spectacles car la clientèle n'était pas au rendez-vous. Et sinon ? Une prestation pour un particulier.

Que c'est triste un noël sans magie

Depuis ? Des annulations en cascade. Les dernières? Les arbres de noël. Une vingtaine de dates, pour cette période traditionnellement fournie en spectacles avec "des bons budgets". D'ailleurs, il explique que tous ses collègues magiciens professionnels -moins d'une centaine en Auvergne-Rhône-Alpes- sont dans la même situation.

De nouvelles annulations suite à l'annonce du Premier ministre

Une  "crise" que confirme un autre "pro" : Jean-Marie Le Royer. "Entre les deux confinements, personne n'a voulu prendre le risque de programmer". Et en cette fin d'année, lui aussi est victime du nouveau couperet qui est tombé sur le monde du spectacle. Il devait se produire au thêatre municipal de Mende, en Lozère, mercredi prochain... la date vient tout juste d'être annulée. 

Intermittents du spectacle, les deux magiciens ne se "plaignent pas", car bénéficiaires du régime chômage des artistes. "Et puis, confie Eric, on a des amis artistes, des musiciens, qui sont dans la grosse galère, alors je pense très fort à eux.

"Sur scène, on dit qu'on joue, ça veut bien dire à quel point on aime ça"

Il n'empêche. La scène, les paillettes, les rires des petits et des grands, ça leur manque forcément : "quand on est en spectacle, on dit "qu'on joue", ça veut bien dire à quel point on aime ça, non ?" explique Jean-Marie Le Royer. 

Alors, pour garder la main, tuer le temps, ils répètent. Et Jean-Marie de prendre les choses avec philosophie, mais un poil de doute aussi : "J'en profite pour mettre au point des choses que j'avais dans la tête. Un numéro de manipulation de carte... Je travaille, mais peut-être que ça n'aboutira à rien... Maintenant, on ne sait plus rien".

"2021 sera une petite année"

Car qui sait quand les spectacle reprendront ? Jean-Marie avance "mars-avril ?!? mais ça va redémarrer doucement.(...) Et de toute façon, 2021, ça sera une petite année", avant d'expliquer qu'il a une quinzaine de spectacles signés. "C'est pas beaucoup...".

Côté motivation, Eric Dorey confie que c'est en "dent-de-scie, par vague". Mais répéter, travailler est bien une nécessité, pour s'occuper, garder la main et même davantage. "J'ai bon espoir que l'activité va reprendre, il faut travailler pour revenir encore meilleur. D'ailleurs, je suis sur un nouveau sketch de ventriloque", avant de confier "qu'une reprise au 15 janvier, ça serait pas mal".

Alors, 3eme confinement ou libération des lapins sortis des chapeaux ? 2021 garde ses mystères, y compris pour les maîtres de la magie, qui n'ont pas ... de boule de cristal.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture confinement santé société coronavirus/covid-19 témoignage