Covid-19 : pour être livré, il existe désormais une solution 100% lyonnaise pour les restaurateurs

Un nouvel acteur déboule dans le paysage de la livraison de repas à domicile, jusqu'ici dominé par les grandes plateformes anglo-saxonnes. « Lyon-Eats » est  une plateforme 100% lyonnaise créée par deux jeunes entrepreneurs soucieux d'économie locale et de responsabilité sociale.

Lyon Eats sera opérationnel d'ici le 15 mars. La plateforme lyonnaise pourrait bien secouer sérieusement le cocotier de la livraison de repas.
Lyon Eats sera opérationnel d'ici le 15 mars. La plateforme lyonnaise pourrait bien secouer sérieusement le cocotier de la livraison de repas. © FTV

Le scénario est désormais classique à l'heure du déjeuner dans tous les restaurants. On prépare les commandes qui seront livrées par une plateforme type Ubereats ou Deliveroo, qui grignotent obligatoirement 30% du montant de la commande. Un monopole de fait qui chiffonnait Khalis Hadjeres, le jeune patron de ce restaurant et co-fondateur de "Lyon-Eats". D'où l'idée de créer avec son ami, Pierre-Jean Anthoine une plateforme 100% lyonnaise où tout le monde trouverait son compte, sans les 30% de commission.

 

On essaye de créer un cercle vertueux, autrement dit que tout le monde soit gagnant. Le restaurateur car il ne paye pas ses commissions, le livreur est mieux rémunérer et bien sur le client car la commission n’est pas répercutée sur l’addition

Pierre-Jean

 

Et la différence saute aux yeux. Pour une commande moyenne, un euro de moins à payer pour le client, pas de commission pour le restaurateur et un 1 euro 50 de plus pour le livreur. Pour les commandes, "Lyon Eats" fonctionne exactement comme ses concurrents. On choisit son restaurant, ses plats et les livraisons sont faites à vélo, via Stuart, filiale de la Poste.

 

On a aussi nos propres chauffeurs, on est en train de développer une flotte et on travaille également avec stuart en soutien parce que la demande est importante et on veut pouvoir proposer la meilleure qualité de service possible

Khalis

A l'autre bout de la chaîne, les restaurateurs, auxquels Lyon Eats propose un abonnement mensuel ou annuel. Pour  Alban Vehi, chef du restaurant "Le Semantème" qui fait rimer bien manger et s'engager, cette solution arrive à point.

Avec "Lyon Eats" Khalis et Pierre-jean jouent la carte du gagnant-gagnant en créant un cercle vertueux dans lequel tout le monde s'y retrouve.
Avec "Lyon Eats" Khalis et Pierre-jean jouent la carte du gagnant-gagnant en créant un cercle vertueux dans lequel tout le monde s'y retrouve. © FTV

C'est gagnant-gagnant

"On était vraiment réfractaire à la livraison à la base…et pour cause, 30% de commission ! Je n’avais jamais vu ça ! " s’agace le chef "si encore le livreur était payé correctement, si  l’imposition revenait en France, si je devais payer de la TVA sur ce qui me reste mais non… ! Et ça ce n’est pas possible ! Il est essentiel pour moi de travailler sur une base gagnant-gagnant. Il est important pour moi de travailler avec une entreprise française. "

Pour le Chef lyonnais, Alban Vehi...la solution arrive à point. Il est essentiel pour lui de travailler avec une entreprise française.
Pour le Chef lyonnais, Alban Vehi...la solution arrive à point. Il est essentiel pour lui de travailler avec une entreprise française. © FTV

"Lyon Eats" sera opérationnel d'ici le 15 mars. La plateforme lyonnaise pourrait bien secouer sérieusement le cocotier de la livraison de repas.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société consommation économie innovation