DÉCOUVERTE. Comment la première grande révolte des canuts a façonné une partie de Lyon

durée de la vidéo : 00h01mn42s
Une visite contée de la Croix-Rousse pour suivre les traces des canuts. ©France Télévisions

Dans les pas de Jîrome Roquet, un canut fictif, un guide propose une visite contée à travers les pentes de la Croix-Rousse à Lyon. Retour en 1831, en pleine première révolte des canuts.

“Notre histoire commence le matin du 21 novembre 1831.” C’est ainsi que Clémence Pornon, guide, lance la visite. Pour l'occasion, elle devient conteuse et plonge les visiteurs en 1831. Une année particulièrement importante dans l’histoire lyonnaise : c’est la première grande révolte des canuts. À cette époque, le quartier de la Croix-Rousse est peuplé d’ouvriers et d’artisans de soie : les canuts.

Quelques décennies plus tôt, l'apparition du métier à tisser Jacquard augmente la productivité des ateliers. Les négociants, appelés "soyeux" réduisent alors la rémunération des canuts. Payés 18 sous pour quinze heures de travail par jour, ils se mettent en grève, descendent de la "colline qui travaille" et occupent le centre de Lyon. Les combats avec les forces de l’ordre font une centaine de morts.

Ce qu’on a voulu faire ressortir c’est la détresse de ces gens qui essayaient de s’en sortir, des gens qui étaient très éduqués, très documentés, qui se battaient pour vivre dans des conditions décentes et qui sont quand même restés dans la misère pendant très longtemps

raconte la guide comédienne.

Une fiction basée sur l'histoire

À cette époque, un journal hebdomadaire, l’Echo de la fabrique, se fait le relais des revendications des canuts. Et ce sont justement les pas d’un de ces canuts et rédacteur du journal, un certain Jîrome Roquet, que la visite propose de suivre. Une fiction, basée sur une trame historique solide. “Il y a un gros travail de recherche, d’histoires, on lit beaucoup d’historiens locaux notamment. Et à partir de là, on écrit des histoires qui sont fictives, on invente des personnages. Mais tout ce qu’on invente est basé sur des recherches sur la vie quotidienne des gens.” explique la guide. Pendant l'heure et demie de visite, elle raconte non seulement cette journée au cœur des barricades, mais aussi la vie des canuts à cette époque et le travail de la soie.

D’allées en traboules dans les pentes du quartier de la Croix-Rousse, la guide comédienne Clémence Pornon déroule le fil de l’histoire, incarne les personnages, dans une déambulation vivante.

Les gens se projettent dans l'histoire. Il ne faut pas que l'histoire soit un truc abstrait avec des dates, des faits auxquels on ne s’identifie pas. Donc on aime raconter des histoires avec des gens qui pourraient nous ressembler

explique-t-elle.

Et même pour les Lyonnais qui participent la visite, c'est une découverte. "Je connaissais moins ce quartier-là. J'ai découvert son histoire et ses rues. Et sous la forme d'un conte, c'est vraiment insolite", s'enthousiasme l'un d'eux.