Documentaire : "Egoïste, l'humanitaire sur le terrain de l'intime " ou les confessions de ceux et celles qui partent sauver ceux et celles qui peuvent l'être... ou pas.

Des paroles rares recueillies auprès d'humanitaires. S'ils connaissent la cruauté des hommes pour la vivre au plus près en mission, ils repartent. Chaque fois. Quelles sont leurs motivations ? Leurs doutes ? Leurs espérances ? Stéphane Santini et Géraldine André, ont recueilli leurs mots. Des témoignages forts dans un récit porté par Lambert Wilson.

Ils s'appellent Stéphanie, Christine, Mariano, Petra, Chahinaz, Hammoud... Ils sont de toutes les nationalités et tous sont des "french doctors". Ceux de MSF (Médecins sans Frontières), une des dix plus puissantes ONG du monde, Dans le film de Stéphane Santini et Géraldine André, ils tombent les blouses pour être là, juste avec leurs blues et leurs bleus à l'âme. Ils sont comme à confesse. Heureux qu'on les écoute et qu'on leur donne la parole car à la maison, au retour des missions "on garde l'intimité de la souffrance". Ils parlent d'engagement, d'adrénaline, de peur, d'impuissance, de colère, d'incompréhension. D'égoïsme aussi. Car il en faut pour partir sauver le monde en laissant les siens.

L'engagement humanitaire est un chemin personnel motivé par, au choix ou tout à la fois, le rêve, le besoin d'être utile, la nécessité de quelque chose. Il y a ceux qui n'y croyaient pas et ceux qui ne le referont jamais... Une chose est sûre : chacun, chacune a décidé de n'écouter que lui pour partir aider les autres.

Tous ceux qui témoignent partagent le goût du risque et de l'adrénaline qu'il provoque. Quand ses proches lui demandent : " Pourquoi veux-tu aller vers le danger ?", Pétra répond : "Qu'une fois qu'on y a goûté, on a envie d'y retourner. Enfin, moi."

"Les doutes s'installent après l'action"

Marino

Et après la première fois sur le terrain, aussi redoutée que fantasmée, ils ne sont pas dupes : "Bien sûr qu'on a la volonté de se sentir utile et... on est tellement impuissant. Les doutes s'installent après l'action. Viennent la révolte, le désarroi et le deuil de la toute-puissance" dit Marino. " On n'arrivera pas à changer les choses mais on peut faire des différences en donnant des soins. C’est déjà ça..." glisse Christine.

"Nous sommes devenus des cibles"

Christine

Elle a de la bouteille Christine et quelques années de combats humanitaires dans des zones dangereuses. Ce qui est nouveau pour elle c'est de "partir la trouille chevillée au corps. On est devenus des cibles. Ça, c'est quelque chose de nouveau. Avant, c'était défini : il y avait des lignes de front etc. Aujourd'hui, le danger est partout, tout le temps."

Et pourtant ils repartent. Et au retour de mission, il leur faut réintégrer leur autre vie auprès des leurs auxquels ils se confient peu ou pas. Personne ne veut inquiéter. Les enfants savent que papa ou maman est en mission mais ils n'en savent guère plus. Les retours sont difficiles : " Quand on me demande comment ça s'est passé, dit Stéphanie, moi je réfléchis à savoir si ma réponse doit faire une minute, trois minutes ou plusieurs heures... Ça dépend de qui me le demande et de l'intérêt que je sens ou pas dans cette question ".

"Tout le monde s'en fout de ce qui se passe au bout du monde"

Duccio

Peut-être parce que leur engagement n'engage qu'eux, peut-être parce que leurs proches veulent se protéger, peut-être aussi parce qu'en fait " Tout le monde s'en fout de ce qui se passe au bout du monde". Pour tous ces "peut-être" le film de Stéphane Santini et Géraldine André est nécessaire.

Altruisme ou égoïsme? Réfléchir ou agir ? Des questionnements, des paradoxes, rien que de l'humain dans tout ça. Car il s'agit bien d'un film sur l'engagement humanitaire des hommes et des femmes qui sont sur le terrain et non pas sur ceux qui les dirigent...

C'est peut-être pour toutes ces raisons et d'autres encore qu'on ne les entend pas beaucoup les humanitaires de terrain. Ceux et celles qui ont les mains dans le sang, dans la guerre, dans la cruauté... 

"Egoïste, ou l'humanitaire sur le terrain de l'intime" un film de Stéphane Santini et Géraldine André à voir sur France3 Auvergne-Rhône-Alpes, le jeudi 21 septembre à 22h45 dans la case documentaire la France en vrai et déjà sur france.tv.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité