Europa ligue: l'OL gagne à Glasgow 0 à 2 et part du bon pied

Lyon a effectué une bonne opération pour son entrée en Europa Ligue en allant battre chez eux les Glasgow Rangers (2-0), leur adversaire le plus redoutable dans le groupe A.

Tout n'a pas été parfait, loin de là, dans la prestation des hommes de Peter Bosz, mais compte tenu du nul (0-0) dans l'autre match entre Bröndby et le Sparta Prague, ils prennent la tête de la poule.
Si l'affiche n'aurait pas dépareillé dans un premier tour de Ligue des Champions il y a quelques années, et que l'ambiance du Ibrox Stadium ressuscitait un peu l'atmosphère des grand soirs, le match a été d'un niveau assez quelconque techniquement et tactiquement.
On ne s'est pas ennuyé, car les actions ont été assez nombreuses, et l'important pour Lyon reste de se mettre dans une spirale positive.
Mais avec un tacticien de la trempe de Peter Bosz aux manettes et avec un tel effectif, l'animation offensive est restée très en-deçà des attentes, manquant d'idée, de vitesse et de tranchant.
En face, le constat est aussi douloureux pour des Ecossais plein de bonne volonté mais assez limités dans le jeu.
 Après 20 minutes assez brouillonnes, Karl Toko-Ekambi a illuminé la soirée d'un bel enchainement parti du long de la ligne de touche gauche, pour repiquer au centre et placer une frappe enroulée vers la base du poteau opposé adverse (1-0, 23e).
Malo Gusto est ensuite passé près de doubler la mise avant la pause, mais il a trop croisé sa reprise après une belle combinaison entre Houssem Aouar et Lucas Paqueta le long de la touche, mais à droite, cette fois (38e).

 

En seconde période Lyon "a bien joué, vraiment", juge Peter Bosz, l'entraîneur de l'OL


Il a fallu attendre le début de la seconde période pour voir l'OL se donner un peu plus d'air. Après des frappes repoussées de Aouar, Paqueta et Islam Slimani, le ballon a fini par rentrer après deux rebonds sur des défenseurs des Rangers (2-0, 55e).

Un score cependant flatteur car les locaux auraient largement pu recoller au score, voire accrocher quelque chose. Une frappe en angle fermée de Joe Aribo (29e)  et surtout une frappe en pivot de Ryan Kent (41e) ont nécessité des parades décisives d'Anthony Lopes, alors qu'une frappe du gauche de John Lundstram à l'entrée de la surface avait frôlé le poteau (36e).
Peu après l'heure de jeu, un coup-franc du capitane James Tavernier a même heurté l'extérieur du poteau.
Mais la vaillance et une avalanche de centres n'ont pas suffi à trouver la faille et Lyon qui a su concrétiser sur ses quelques moments forts n'a pas volé ses trois points.

"Le début de match n'était pas bon, on a perdu beaucoup de ballons, on n'était pas calmes avec le ballon. C'était peut-être normal avec l'atmosphère très spéciale, mais après le premier but je crois qu'on a bien joué. On n'a pas réussi à marquer avant la mi-temps, mais il faut aussi dire qu'Anthony (Lopes) nous a sauvés avec un super arrêt. En deuxième période, on a bien joué, on a été calmes, on a changé le ballon de côté et on a marqué un deuxième but.

Un match référence ? 

"Je ne peux pas dire ça, parce que je ne suis là que depuis deux mois. C'est vrai que ça va de mieux en mieux, mais pour jouer mieux que ça, il faut jouer comme ça pendant 90 minutes. Mais en deuxième période on a bien joué, vraiment" précise l'entraîneur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport olympique lyonnais ligue europa