Festival Lumière : les secrets de fabrication du fameux trophée lyonnais

C'est un prix qui ne ressemble à aucun autre. Une médaille de bronze sur un chevalet de bois, plongée dans les coulisses de fabrication d'un prix de cinéma mondialement reconnu et made in Lyon et alentours

C'est un des prix les plus prestigieux du cinéma international, et pourtant il ne ressemble à aucun autre. "On voulait s'éloigner des choses qu'on remet dans le monde du cinéma. On avait envie de quelque chose d'assez terrien, d'assez réel, avec du bois, du souvenir, une référence à l'histoire," explique Thierry Frémaux, le le directeur de l'institut Lumière. 

Le prix Lumière se compose de plus de 3 kilos de bois et de laiton. Le poids de l'histoire pourrait-on dire, car son design ne doit rien au hasard. La médaille de laiton en effet reproduit la forme d'une boîte de cinéma originale des Frères Lumières, source d'inspiration directement issue de la naissance du 7ème art.  

Les secrets de fabrication 

Chaque année, 5 artisans de Rhône-Alpes se relaient pour donner vie au prix Lumière. Tous sont sélectionnés par Pur Objet, société lyonnaise spécialisée dans la création d'objets haut de gamme.  Thierry Aldin, bronzier ferronnier basé à Chaponnay, accorde une attention particulière à cet objet mythique : "On travaille, la patine, le polissage, pour que le fond ressortent, et on fait briller les lettres et la partie centrale" 

La pièce en laiton massif vient illuminer une plaque de bois assortie d'un chevalet, fabriquée à Cercie-en-Beaujolais. Mickael Di Matteo, ébéniste designer, a choisi du noyer d'Amérique pour accentuer le côté noble de l'objet, mais pas seulement et se rapprocher le plus possible de la couleur des caméras des frères lumières. 

Ce trophée s'envolera  pour la Nouvelle Zélande chez la réalisatrice Jane Campion, prix Lumière 2021. Où finir a-t-il ? Une question qui chaque année taraude Mickael Di Matteo. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture festival lumière