Ils avaient diffusé la vidéo de Johanna, 15 ans, écrasée par un bus à Lyon : les deux frères ont été condamnés à 10 mois et 6 mois de prison avec sursis

Le procès de deux frères s'est déroulé ce mardi 21 juin 2022 à Lyon. Les deux quadragénaires sont accusés d'avoir diffusé des images du service de vidéoprotection de la ville. On y voit l'accident qui a coûté la vie à l'adolescente en janvier 2019.

Le procureur a requis des peines de 4 et 5 mois de prison avec sursis à l'encontre de F. et N., deux frères dont l'un était employé du centre de surveillance urbaine de la ville de Lyon. Les deux frères ont comparu ce mardi 21 juin. La décision du tribunal correctionnel de Lyon a été mise en délibéré ce mardi 21 juin 2022. Les deux frères ont été condamnés à des peines plus lourdes que les réquisitions : 10 mois et 6 mois de prison avec sursis. Ils devront également indemniser la mère de la jeune fille.

Vidéo macabre : 200 000 vues

Les deux quadragénaires ont été poursuivis pour avoir diffusé la vidéo d'un dramatique accident mortel survenu à Lyon en 2019. Une adolescente de 15 ans avait perdu la vie, percutée par un bus. La scène avait été filmée par les caméras de surveillance de la ville de Lyon.

Alors qu'il ne travaillait pas le jour du drame, l'employé du centre de surveillance urbaine, récupère et enregistre la vidéo macabre à son retour dans le service. La scène est terrible : on y voit la jeune fille passer sous les roues d'un bus. Malgré son serment, il l'envoie à deux personnes : son épouse et son frère. Ce dernier la diffuse à son tour à 5 proches. 

L'agent de la ville, licencié depuis le drame, voulait, explique-t-il, "prévenir du danger de ce carrefour accidentogène". La vidéo leur a échappé et s'est répandue sur les réseaux sociaux comme une trainée de poudre. A l'arrivée, les images choquantes de l'accident mortel ont été vues plus de 200 000 fois et notamment par les élèves du collège et du lycée où était scolarisée Johanna.

"J'ai pris en pleine face la mort de ma fille "

La mère de Johanna était présente à l'audience ce mardi. Après le traumatisme, la colère est toujours immense. "J'ai vu l'horreur, j'ai pris en pleine face la mort de ma fille. J'ai vu mon enfant se faire tuer. Il n'y a pas de mot. On la voit vivante et la seconde d'après, on la voit morte ! " a expliqué Sandrine Barthélémy.

Plus de 3 ans après le décès de sa fille, la mère endeuillée attendait beaucoup de ce procès devant la 6e chambre : "j'attends que justice me soit rendue. J'ai beaucoup de traumatismes après ce que j'ai vu", a-t-elle expliqué en marge de l'audience.

"Parjure" et "fanfaron"

L'agent des services de la ville de Lyon a comparu ce mardi 21 juin pour divulgation d'images de vidéoprotection à une personne non habilitée et son frère pour recel de bien provenant d'un délit. A l'audience, les deux prévenus ont fait profil bas. Ils ont formulé des excuses et ont expliqué avoir adressé la vidéo uniquement à de rares proches, sans intention de la rendre publique. 

L'avocate des deux hommes plaide "la bêtise ordinaire de deux frères" qui n'imaginaient pas l'emballement des réseaux sociaux. Selon elle, la vidéo a été partagée à leurs proches, mais pas plus. Les réseaux sociaux ont fait le reste... 

Me Jean Sannier, avocat de la partie civile, les a qualifiés de "parjure", pour le premier et de "fanfaron", pour son frère. Il n'est pas convaincu par leurs regrets et leurs excuses. "Ces deux hommes ont volé le deuil de la famille. Ils se sont introduits dans cette famille par effraction, sans aucun respect de leur deuil. Il n'ont pas pris conscience de la gravité de leur acte", a ajouté l'avocat. Sur la mort de Johanna, l'avocat évoque "une vision insoutenable pour la famille".  

La Procureure de la République a requis une peine de 5 mois de prison avec sursis à l'encontre de l'ancien agent de la ville de Lyon, à l'origine de l'enregistrement. Elle a également réclamé une condamnation à 4 mois avec sursis pour son frère. Mais pour la magistrate, cette affaire révèle aussi "une fascination collective pour les images violentes". Elle a rappelé que la diffusion d'images de vidéosurveillance est réglementée.

durée de la vidéo : 00h02mn33s
Ils avaient diffusé la vidéo de Johanna, 15 ans, écrasée par un bus. ©France tv

Un drame au coeur de la presqu'île

Les faits remontent au 16 janvier 2019, presque trois ans et demi après le drame qui a coûté la vie à une adolescente de 15 ans. Johanna, lycéenne dans le 1er arrondissement de Lyon, traversait la rue à un endroit particulièrement fréquenté et accidentogène, lorsqu'elle a été percutée par un bus TCL de la ligne C3. 

L'accident s'est produit, près de l'Hôtel de Ville de Lyon, à l'angle de la rue Joseph Serlin et de la rue de la République, à la mi-journée. Comme d'habitude, le secteur est très fréquenté, notamment par des jeunes qui sortent des établissements du secteur. 

La jeune fille n'a pas survécu à ses blessures.  Le chauffeur du bus, très choqué à l'époque, est poursuivi pour homicide involontaire. L'instruction est toujours en cours. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité