"L'archipel" : Villeurbanne va créer un tiers-lieu pour l’accès des personnes sans-abri à différents services

La ville de Villeurbanne va ouvrir un lieu original. "L'archipel" permettra d'apporter aux personnes précaires des aides sur le plan alimentaire, mais aussi social, et culturel. Un projet soutenu par l'Etat. Explications.

La ville va bientôt créer un tiers-lieu, destiné à apporter aux personnes en situation de précarité des aides alimentaires, sociales et culturelles. Un projet soutenu financièrement par l'Etat
La ville va bientôt créer un tiers-lieu, destiné à apporter aux personnes en situation de précarité des aides alimentaires, sociales et culturelles. Un projet soutenu financièrement par l'Etat © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

A l'automne 2021, la ville de Villeurbanne, en lien avec le centre communal d’action sociale, les Restaurants du Cœur et l’association Le Mas, va créer un tiers-lieu alimentaire sur le parking de la salle Raphaël-de-Barros.

Inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté et du plan France Relance, ce projet ambitionne de répondre aux besoins des publics en situation de précarité alimentaire, notamment les personnes sans abri logées à l’hôtel ou dans des lieux de vie informels, et de leur proposer un accompagnement social.

L'archipel (illustration) va regrouper un ensemble de services. Sur un espace de 11 000 m² : 25 000 repas par an seront préparés par le Camion du cœur,  26 000 personnes pourront utiliser chaque année les cuisines mises à disposition par l’association Le Mas.
L'archipel (illustration) va regrouper un ensemble de services. Sur un espace de 11 000 m² : 25 000 repas par an seront préparés par le Camion du cœur, 26 000 personnes pourront utiliser chaque année les cuisines mises à disposition par l’association Le Mas. © Maïlys Cart-Lamy, La Guilde de l’innovation.

Soutenu par l'Etat, il est doté au niveau national de 25 millions d’euros sur deux ans, pour couvrir les dépenses nécessaires à l’investissement initial et au fonctionnement des 68 projets lauréats, dont celui de Villeurbanne.

Pour proposer aux personnes sans domicile, logées à l’hôtel ou dans des lieux de vie informels, des espaces pour la préparation de leurs repas et des lieux de rencontres et d’échange, la ville de Villeurbanne va donc créer, sur le parking de la salle Raphaël-de-Barros, un tiers-lieu imaginé comme un archipel.

Il permettra également de mettre en synergie différents acteurs œuvrant dans la lutte contre la précarité alimentaire et offrant des solutions d’aide et d’approvisionnement à moindre coût.

Un véritable lieu de vie, composé de plusieurs ilots 

Un ilot « cuisines et accès aux droits », porté par l’association Le Mas, avec des cuisines familiales en accès-libre, des ateliers cuisine, la présence d’une médiatrice santé du Centre communal d’action sociale pour des séances de prévention autour de la nutrition et la distribution de kits hygiène et entretien… Cet ensemble doit permettre à terme à 100 personnes par jour de cuisiner, de se restaurer et de bénéficier d’un accompagnement dans l’accès aux droits.

Le lieu devrait répondre à des besoins en terme d'alimentation, de social, et de culture
Le lieu devrait répondre à des besoins en terme d'alimentation, de social, et de culture © Maïlys Cart-Lamy, La Guilde de l’innovation.

Un ilot « production-distribution », porté par le Camion du cœur, déjà actif sur le site depuis de nombreuses années. Il comprendra de nouveaux espaces de production de repas chauds pour 150 personnes par soir, des locaux associatifs en journée pour des acteurs de la solidarité alimentaire du territoire, des ateliers cuisine et/ou espace de production ponctuel pour des structures ayant besoin d’un équipement industriel…

Accompagnement en matière de santé, de droits et même de culture

Ce tiers-lieu -qui pourrait s'appeler "l'archipel", sera également ouvert sur la Ville avec un accès à d’autres ressources que ce soit en matière de santé (hygiène alimentaire, actions de prévention), d’accès aux droits (accompagnement social, domiciliation…) ou encore de culture (équipements culturels à proximité, ateliers…). "Pensé comme une place de village, le lieu sera ouvert sur le quartier et ses habitants et proposera des animations culturelles, artistiques ou sportives pour permettre la rencontre entre ses différents utilisateurs"complète Mathieu Garabedian, adjoint au maire chargé de l’innovation et du développement social, des biens communs et des solidarités 

D'autres institutions locales sont aussi associés au projet : la Métropole de Lyon, le PHARE (accueil de jour et bains-douches géré par le Foyer Notre Dame-des-sans-abris), le service de santé scolaire municipal, le réseau sans-abrisme animé par la ville de Villeurbanne (Médecins du monde, associations de maraude…). Enfin, l’INSA pour le lien avec les étudiants ou l’Entreprise des possibles ont d’ores et déjà annoncé leur soutien au projet.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société social économie