Lyon : une cérémonie du 11 novembre en comité restreint sur l'île du souvenir

A Lyon, le parc de la Tête d'Or abrite un lieu secret : l'île du souvenir, autrefois appelée l'île aux cygnes. Un lieu entièrement dédiée au monument aux morts de la guerre de 14/18. Il a été conçu par l'architecte lyonnais Tony Garnier. Un lieu paisible à l'écart de l'agitation de la ville. 
Lyon : une cérémonie du 11 novembre en comité restreint sur l'île du souvenir
Lyon : une cérémonie du 11 novembre en comité restreint sur l'île du souvenir © France tv
Dans le parc de la Tête d'Or, l'île du souvenir est un lieu paisible à l'écart du monde. L'île a été créée et aménagée entre 1924 et 1930. Elle abrite un monument aux morts de la première guerre mondiale. Pour accéder au monument, il faut emprunter un tunnel sous le lac. A l'arrivée, une esplanade de 80 mètres de long, en constitue le piedestal. On doit ce projet d'envergure à l'architecte Tony Garnier et à une équipe de sculpteurs. La ville de Lyon avait lancé un concours en 1920 pour construire un nouveau monument aux morts. Le projet avait été choisi par le maire de Lyon Edouard Herriot. 

L'élément principal est le cénotaphe des frères Larrivé. À la suite du décès de Jean-Baptiste Larrivé, c’est son frère Auguste qui a terminé son œuvre.  Selon le journaliste et historien, Gérard Chauvy, "ce cénotaphe reflète toute la souffrance et en même temps la puissance de cet engagement." Il symbolise aussi "le sens du sacrifice".  

Le monument qui rend hommage aux 10 600 lyonnais morts lors des combats de la Grande Guerre, a été inauguré en 1930, en présence du Maréchal Pétain, le héros de Verdun. "L'une des exigences de ce monument, c'était de faire figurer ces 10 600 noms. Une certitude: on a peut-être oublié beaucoup de gens, il y a eu beaucoup de disparus," souligne Gérard Chouvy. 

Quatre bas-reliefs scénarisent la guerre de 14 - 18  dans la pierre: le départ, la guerre la victoire et la paix. Ils ont été réalisés par Louis Bertola (bas-reliefs du Départ et de La Guerre) et Claude Grange (bas-reliefs de La Paix et de La Victoire). L'édifice fait l'objet d'une inscription aux monuments historiques depuis novembre 1982, dans un ensemble relatif au parc de la Tête d'Or. Depuis le 10 mars 2003, l'édifice est labellisé "Patrimoine du xxe siècle". 

Ce mercredi 11 novembre, une cérémonie du souvenir s'est déroulée en comité restreint sur l'île du souvenir
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
première guerre mondiale culture histoire hommage société patrimoine