Une entreprise lyonnaise réconcilie handicap et informatique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mathieu Boudet

Un lyonnais a eu l'idée, pendant le confinement, de développer des formations et des outils informatiques adaptés aux publics handicapés. L'idée est devenue l'entreprise Servatech.

Les confinements ont parfois fait naître de bonnes idées. L'entreprise lyonnaise Servatech, lancée en octobre 2020, propose des formations et des outils informatiques adaptés aux personnes en situation de handicap. En décembre 2021, elle a remporté le programme Lyon Start-up, soutenu par la Métropole et la Région Auvergne Rhône-Alpes.

Née pendant le confinement

Nous sommes en octobre 2020, en plein confinement. Responsable commercial pour le groupe Fnac Darty, Valentin Delorge est chez lui, en chômage partiel. Il se questionne sur son avenir professionnel. "J’avais envie d’un travail avec davantage de sens, d’être réellement utile à la société. Et, à cette époque, ma sœur de 13 ans était également confinée avec moi et suivait ses cours à distance. Elle a une malformation de la main gauche depuis sa naissance et je voyais qu’elle avait des difficultés, car elle n’avait pas d’outils adaptés. Ça a été une révélation ", explique ce jeune homme de 24 ans.

"Réduire la fracture numérique"

En quelques semaines, Servatech est sur pied et se tourne vers deux activités : proposer des outils informatiques adaptés et des formations aux personnes en situation de handicap. "La moitié de ces personnes ont du mal à utiliser l’outil informatique. Il y a une vraie fracture numérique les concernant. Notre mission principale est donc de les rendre plus autonomes, d’être leur épaule. On propose à la fois des formations personnelles pour apprendre à créer des documents simples, rechercher des informations sur le net ou utiliser une messagerie électronique, mais aussi des formations plus spécifiques, en entreprises, pour être formé sur un logiciel précis", détaille Valentin Delorge. 

12 millions de personnes concernées

Toutes les formations sont dispensées soit au domicile du client, soit au sein de son entreprise. "Nous accompagnons des personnes qui ont des troubles moteurs, une déficience auditive ou visuelle (...), soit potentiellement 12 millions de personnes en France. Certains de nos clients ne savaient pas allumer un ordinateur par exemple et aujourd’hui ils nous envoient des mails, font des appels visio avec leurs proches... J’ai vraiment l’impression que nous sommes utiles, que nous leur apportons quelque chose", se félicite le fondateur, qui constate une dynamique positive : alors qu’en juin 2021, cette jeune pousse comptait une trentaine de clients, elle accompagne aujourd’hui plus de 120 personnes. "En 2022, notre objectif est de poursuivre notre forte croissance et de recruter des formateurs dans toute la France pour être encore plus réactifs. Nous voulons aussi accompagner davantage les entreprises dans la gestion des travailleurs handicapés", espère-t-il.

Croissance prometteuse

Alors qu'il a démarré seul avec 5 000 euros, Valentin explique qu'en 2021, son entreprise est déjà rentable. Elle emploie 8 personnes en tout, et a réalisé un chiffre d'affaires de 100 000 euros pour sa première année d'activité. Et la course au développement semble bien lancée : "on voudrait recruter 7 personnes avant le mois d'avril, des formateurs, mais aussi des professionnels du marketing ou de la communication, pour se faire connaître", prévoit-il. Le financement des outils et formations proposés sont en partie pris en charge par divers organismes (comme le Compte Professionnel de Formation), ce qui facilite son développement. Une entreprise est née, et la petite soeur de Valentin a maintenant un outil adapté pour naviguer sur internet...