A Lyon, les commerçants dressent le bilan de l'année 2020

Les commerçants ont subi deux confinements, des manifestations houleuses et un strict protocole sanitaire. Quel bilan dressent ils pour 2020? Quelles perspectives ont ils pour 2021?

Lyon résiste mieux. "40% des commerces de la presqu'île sont des grandes enseignes qui font le pari de passer le cap, 60% sont des magasins indépendants, plus agiles, plus souples."
Lyon résiste mieux. "40% des commerces de la presqu'île sont des grandes enseignes qui font le pari de passer le cap, 60% sont des magasins indépendants, plus agiles, plus souples." © JEFF PACHOUD / AFP

"L'année 2020 a été très chaotique avec les deux confinements qu'on a connu, et le deuxième a été beaucoup plus compliqué économiquement à vivre". Clément Chevalier est le directeur de My Presqu'île une fédération regroupant 700 commerçants. Le mois de novembre a effectivement été plus impactant pour les commerçants du centre-ville de Lyon, "Le click and collect représentait 5 à 10 % du chiffre d'affaires sur un mois de novembre où on s'attend à faire de 10 à 20 % du chiffre annuel. Alors que le mois de mars est un mois traditionnellement calme commercialement parlant."

Bien sûr tous les commerces ne vivent pas les mêmes situations selon s'ils ont pu rester ouverts ou pas " On n'avait pas beaucoup de flux car nous étions dans une période de confinement et de couvre-feu, donc même ceux qui ont pu rester ouverts ont quand même connu des difficultés. Certains ont finalement fermé, d'autres ont aménagé des horaires restreints."

45 enseignes sont en difficultés en France, cela représente 6000 boutiques

"On voit ce que cela peut représenter quand on compare à 2019 où 1500 boutiques étaient menacées de fermeture en France. On est à 315 % supplémentaire !"

Lyon résiste mieux. "40% des commerces de la presqu'île sont des grandes enseignes qui font le pari de passer le cap, 60% sont des magasins indépendants, plus agiles, plus souples." Mais ce n'est qu'en 2021 que les conséquences de ces fermetures seront visibles "quand nous ne serons plus sous perfusion des aides de l'Etat !"

Les aides nécessaires mais pas suffisantes

Selon Clément Chevalier ces aides ont été globalement à la hauteur, "même si sur le mois de novembre, un petit commerçant peut faire 30 à 40 000 euros de chiffre d'affaires, si on a reçu entre 1500 et 10 000 euros d'aides, ce n'est pas suffisant." Quant au PGE, le prêt garanti par l'Etat, il faut avoir les reins solides et une trésorerie suffisante pour engranger de la dette à rembourser.

Un bon mois de décembre mais qui ne rattrape pas tout

Dans les rues du centre-ville de Lyon comme dans les centres commerciaux, les clients étaient au rendez-vous au mois de décembre " J'ai quand même des retours de perte de chiffre d'affaires de l'ordre de moins 10 à moins 15 % sur cette période, mais les clients ont joué le jeu et se sont resserrés sur leurs commerces de proximité." Au final ces dernières semaines limitent la casse "on sera à moins 20% sur l'année, ce qui n'est pas insurmontable, on espère qu'un maximum pourra passer le cap de 2020..."

Quelles perspectives pour 2021 ?

Les soldes ont été repoussées au 20 janvier, une bonne nouvelle pour les commerçants "c'était une demande de notre part comme cela a été fait pour les soldes d'été. Le but est que les petits commerçants puissent faire un peu de marge avant que s'entame la période de soldes."

Les commerçants avaient également demandé d'ouvrir le dimanche. La loi autorise douze ouvertures dominicales par an, la ville de Lyon n'en autorise que sept là où Villeurbanne permet neuf ouvertures " C'est un peu une déception car je pense que ce n'était pas le signal à envoyer cette année après une année 2020 compliquée. Sur le pôle de Lyon Presqu'île on a une zone de chalandise d'un million d'habitants, on est un pôle régional qui a une certaine attractivité et donc on espérait avec un maximum de dimanches. C'est toujours des atouts. On sera ouvert les deux premiers dimanches des soldes."

Parmi les projets, la fédération a un nouveau site internet, mypresquile.com , elle va lancer une carte cadeau sur l'ensemble des commerces de la presqu'île et prévoit d'organiser sur le modèle de Lilles, une grande braderie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 société