Lyon Croix-Rousse : une visite des traboules de la Résistance

© France 3 RA
© France 3 RA

Clandestinité, résistance... Lyon a été un haut-lieu de la 2e guerre mondiale pendant la période de l'occupation. A la Croix-Rousse, les traboules, ces passages permettant de se rendre discrètement d'une rue à une autre, ont été largement utilisées par les résistants.

Par dm

Ces traboules ont servi d'abri et de chemin caché. La traboule est réservée aux piétons, souvent étroite. Elle débute par un couloir d'entrée dans un immeuble et traverse un ou plusieurs bâtiments  une ou plusieurs cours) pour relier une rue à une autre. Elle peut également relier un niveau à l'autre grâce à des volées d'escaliers qui rattrapent les dénivelés. Le relief de la capitale des Gaules, avec ses collines, s'y prête. Il en existerait près de 300 à Lyon mais beaucoup sont aujourd'hui inaccessibles au public ou même condamnées.
© France 3 RA
© France 3 RA

© France 3 RA Dans le quartier de la Croix-Rousse, les traboules sont issues de la construction des immeubles de canuts. Parmi les plus célèbres traboules de ce quartier figure la Cour des Voraces, considérée comme lieu de mémoire de la révolte des Canuts et de la Résistance. Les résistants ont utilisé ce réseau de passages entre les immeubles, assurés de semer la gestapo dans ce labyrinthe. Elles servaient aussi de dépôt de colis.



Le reportage 

Lyon Croix-Rousse : une visite des traboules de la Résistance
reportage E.Phily, P.Perrel, F.Gramond - Intervenant : Magali Clémençon, Guide conférencière - 13/8/16 - France 3 RA


Traboule, une histoire ancienne 
On pense que les premières traboules ont été construites au IVème siècle, lorsque les habitants de Lugdunum manquant d'eau sont descendus s'installer dans la "ville basse" au bord de la Saône au pied de la colline de Fourvière. Les traboules servaient alors à rejoindre rapidement la Saône.

Le saviez-vous ? La traboule est une spécificité lyonnaise mais Lyon n'en a pas le monopole. Ainsi, certaines villes françaises en possèdent aussi et portent parfois une autre appellation. On trouve des "traboules" à Saint-Etienne, des "allées" à Chambéry, des "traverses" à Villefranche-sur-Saône et à Marseille, des "trages" ou "traiges" à Besançon ou encore des "cours" à Nantes et à Troyes.

Le mot « traboule » est un mot typiquement lyonnais. Il provient du latin et de l'association  « trans-ambulare » qui signifie littéralement « passer à travers » d'où le verbe trabouler et le nom qui en découle, « traboule ».

A lire aussi

Sur le même sujet

SMS de L. Wauquiez/ La réaction des lycéens

Les + Lus