Lyon: l'Ecole Normale Supérieure travaille sur l'anticipation des accidents climatiques extrêmes

Eleanor, Carmen, Irma, toutes ces tempêtes surprennent par leur violence et leur répétition. A Lyon, un laboratoire de l'Ecole Normale Supérieure travaille sur l'anticipation de ces phénomènes de grande ampleur. Il développe un algorithme qui permet de mieux évaluer la probabilité de ces épisodes. 

Par Philippe Bette

La planète est confrontée de plus en plus à des cataclysmes d'une ampleur exceptionnelle. Des cyclones dévastateurs, des tempêtes d'une rare violence ou de fortes canicules qui peuvent chaque fois bouleverser profondèment nos existences.

Ces épisodes sont-ils prévisibles ?  Peut-on calculer leur probabilité pour éviter d'être pris de cours quand ils surviennent ?

A Lyon, un laboratoire de l'Ecole Normale Supérieure travaille précisément sur un algorithme, un modèle mathématique, qui permet de prévoir l' amplitude et la récurrence de ces accidents climatiques extrêmes. Avec cet algorithme, les chercheurs sont parvenus à évaluer la probabilité d'événements qui n'auraient pas pu être observés par des méthodes existantes.  Un travail d'anticipation effectué à partir de relevés météorologiques dans les couches supérieures de l'atmosphère.  

Les explications de Fred Llop et Christian Conxicoeur :

       

Sur le même sujet

Le scientifique de renom Axel Kahn rencontre des lycéens du Puy-de-Dôme

Près de chez vous

Les + Lus