Lyon : incivilités en cascade, gros bazar dans le trafic ferroviaire

Plusieurs évènements survenus ce jeudi 20 mai ont engendré de nombreux retards dans la circulation des trains TER et TGV. A plusieurs reprises des individus ont marché sur les voies de circulation entrainant l'arrêt du trafic. Une quarantaine de trains a été impactée.

Les voyageurs bloqués en gare de la Part Dieu
Les voyageurs bloqués en gare de la Part Dieu © France3

Le trafic SNCF a été interrompu et environ 40 trains affichent encore en milieu d'après midi un retard compris entre 5 minutes et 1h30, en cause l'incivilité des voyageurs.

A 13h30 ce jeudi 20 mai un groupe de personnes a été signalé circulant sur les voies entre les gares de Part-Dieu et Perrache. Cet évènement a immédiatement provoqué d'une part l'arrêt de la circulation des trains et d'autre part l'envoi d'agents à pieds sur la zone concernée, pour "reconnaître les voies". Il s'agit d'une procédure visant à vérifier si les pietons sont toujours sur place.

A 13h45, alors que la procédure de reconnaissance allait toucher à sa fin, des voyageurs du TGV 6694 qui effectuait la liaison entre Saint Etienne et Lyon et qui était bloqué à la hauteur de la gare de Guillotière ont forcé les portes du train et sont à leur tour descendus sur les voies, créant une deuxième alerte et une deuxième procédure d'arrêt. Cette nouvelle incivilité a retardé la remise en marche du trafic et obligé d'autres agents à effectuer une reconnaissance des voies du secteur concerné.

Une quarantaine de trains affichait un retard
Une quarantaine de trains affichait un retard

A 14h10, le trafic pouvait reprendre mais d'autres voyageurs en ont décidé autrement. Toujours à bord du TGV 6694 bloqué en gare de Guillotière, des individus ont actionné les signaux d'alarme, empêchant toute reprise immédiate...

Ce n'est finalement qu'à 14h30 que le trafic a pu repartir.

Moralité, dans tous le noeud ferroviaire lyonnais, une quarantaine de trains a été bloquée. TER comme TGV ont accusé entre 5 minutes et 1h30 de retard.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports faits divers