"On aura 120 camions par jour, du bruit et des productions de gaz à effet de serre" Des militants s'opposent à un projet de carrière à Joux dans le Rhône

Publié le Mis à jour le

Un projet de carrière sur la commune de Joux dans le Rhône, près de Lyon, rencontre une vive opposition de la part de certains riverains qui ont organisé une marche de sensibilisation ce dimanche 3 juillet 2022.

Une trentaine d'opposants à un projet de carrière ont organisé une marche pour sensibiliser les riverains et dénoncer le programme souhaité par Vinci. Sur une des collines de la commune de Joux, à 50 km de Lyon, l'industriel veut extraire de quoi produire des granulats béton et routiers. Une carrière en gestation depuis 2006 et qui refait surface aujourd'hui.

Les riverains disent ne pas avoir été associés au projet et ne comprennent pas le but de cette nouvelle entaille dans le paysage d'autant que 2 autres carrières existent déjà dans les 10 kilomètres autour de la commune.

"Les habitants ont appris le projet en décembre 2020 et en faisant du porte à porte on s'est rendus compte que beaucoup d'habitants n'étaient pas au courant" raconte Béatrice Vandewaale de l'Association de riverains contre le projet de carrière à Joux. 

Elle dénonce "un projet caricatural, anachronique, destructeur. C'est un mauvais projet à un mauvais endroit. On aura 120 camions par jour, du bruit, des nuisances et des productions de gaz à effet de serre. C'est un projet qui n'a pas lieu d'être en 2022", juge l'opposante 

Arguments écologique, social, économique, tout est mis sur la table.

On nous répond qu'on va faire une piste pour passer à côté des camions prévus toutes les 4 minutes. On aura donc une piste pour tout le monde les vélos, les piétons, les sangliers, les chevreuils... ironise Pierre Mabboux, opposant.

Selon l'avis de la Mission Régionale d'Autorité Environnementale, plusieurs éléments du projet doivent être précisés. D'après la synthèse de son rapport, "le projet consiste à ouvrir une carrière de roches massives granitiques, sur une superficie de 22,1 ha. Il prévoit d’extraire jusqu’à 450 000 tonnes par an pendant 30 ans, et, dans le cadre de l’autorisation demandée, en moyenne 350 000 tonnes par
an, le gisement étant estimé à 10 millions de tonnes."

"C'est pas possible. On est là et ça ne se fera pas. Joux est une des communes les plus artificialisées du Rhône, il n'y a plus que deux agriculteurs ici contre 20 dans la commune d'à côté. On est dans un écrin de verdure ici, qui ne doit pas être détruit. C'est évident." affirme un membre de l'association d'opposants. 

D'après la MRAE "le dossier n’est pas suffisamment précis sur la prise
en compte de l’ensemble des équipements et installations susceptibles de faire du bruit, ni sur le
calendrier de réalisation des mesures d’évitement, de réduction et de compensation."  

Une enquête publique sera ouverte en Septembre 2021.