Pédophilie dans l'Eglise : les victimes pas satisfaites des réponses du pape François

Le pape François a mis la hiérarchie de l'eglise devant ses responsabilités
Le pape François a mis la hiérarchie de l'eglise devant ses responsabilités

Les victimes d'abus sexuels présentes à Rome pour le sommet de l'Eglise consacré à la pédophilie ne se satisfont pas des réponses du pape François. Certaines évoquent une entreprise de diversion.  "La parole libérée" parle d' "un numéro d'illusionniste".        

Par Ph. Bette avec l'AFP

Le pape François, qui avait convoqué à Rome les plus hauts dignitaires de l'Eglise pour un sommet consacré à la pédophilie, n'a pas vraiment convaincu. Les victimes d'abus sexuels commis par des prêtres estiment insuffisantes les mesures annoncées. La "Parole libérée", qui était représentée par son fondateur François Devaux,  évoque "un numéro d'illusionniste".

Le pape François avait pourtant fustigé les dérives du clergé en termes très forts: "Dans les abus, nous voyons la main du mal et l'instrument de Satan". Pour lui, il est temps d'écouter "l'écho du cri silencieux des petits" qui se sont retrouvés devant "des bourreaux" aux "coeurs anesthésiés par l'hypocrisie et le pouvoir".  "Il s'agit de crimes abominables qui doivent disparaître de la face de la terre", a-t-il encore décrit en en lançant "un appel pressant pour la lutte à tous niveaux contre les abus sur mineurs".    

Reste que le pape n'est pas rentré dans le vif pratique du sujet.Il a promis de "donner des directives uniformes pour l'Eglise", évoquant avant tout des normes déjà en vigueur au niveau international et au niveau ecclésiastique. 

"On est pas surpris, mais on est déçus", a commenté le Suisse Jean-Marie Fürbringer, présent comme beaucoup d'autres victimes sur la place Saint-Pierre. "Honnêtement, c'est un blabla pastoral, la faute du diable. Ils noient le poisson, ça permet de ne pas aborder directement les problèmes de l'Eglise".

Francois Devaux ("La Parole libérée") estime que le Pape essaie simplement de "recouvrir la confiance sans avoir à prendre les décisions qui ne reposent que sur lui." Un numéro d'illusionniste" à ses yeux. 

Interview : (Sylvie Cozzolino / D. Pajonk)  
"La parole libérée"
Le pape François, qui avait convoqué à Rome les plus hauts dignitaires de l'Eglise pour un sommet consacré à la pédophilie n'a pas vraiment convaincu.Francois Devaux ("La Pparole libérée") estime que le Pape essaie simplement de "recouvrir la confiance sans avoir à prendre les décisions qui ne reposent que sur lui." Un numéro d'illusionniste" à ses yeux .
 
Décryptage avec Sylvie Cozzolino et Daniel Pajonk -  (Intervenants : 1) Francois Devaux - "La parole libérée" 2) Christian Terras-Journal"Golias" 3) Emmanule Gobilliard - Evêque auxiliaire de Lyon )   
Eglise et pédophilie : décryptage du synode
Le pape François, qui avait convoqué à Rome les plus hauts dignitaires de l'Eglise pour un sommet consacré à la pédophilie, n'a pas vraiment convaincu. Decryptage avec Syvie Cozzolino et Daniel Pajonk
 


 




 

Sur le même sujet

Lutte contre le Cancer du sein

Les + Lus