Pr Vanhems, vacciné contre le Covid-19 : "Une douleur à l'injection pendant 10 minutes et depuis tout va bien"

Le professeur Philippe Vanhems, épidémiologiste aux Hospices Civils de Lyon, était invité dans "Ensemble, c'est mieux", ce lundi 11 janvier à 10h40 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. Il a pu répondre aux questions que les internautes et téléspectateurs se posent sur les vaccins contre le Covid-19.

Lundi 11 janvier, dans l'émission "Ensemble c'est Mieux !", diffusée à 10h40 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Carinne Teyssandier recevait le professeur Philippe Vanhems, épidémiologiste aux Hospices Civils de Lyon. L'occasion pour le médecin de répondre aux questions que vous vous posez sur la pandémie du coronavirus Covid-19, et plus particulièrement à celles qui concernent la campagne vaccinale, la stratégie mise en place, la méfiance exprimée par certains, et l'efficacité des vaccins sur les mutations du virus venues d'Angleterre ou d'Afrique du Sud.

Depuis le début de la pandémie, la France a enregistré officiellement 2 783 256 cas de contamination à la date du 10 janvier, pour 67 750 morts, dont 47 134 en milieu hospitalier. La situation actuelle inquiète le gouvernement qui a déjà ramené le début du couvre-feu à 18 heures dans plus d'une dizaine de départements. Quant à la campagne de vaccination dont le ministre de la Santé, Olivier Véran, a reconnu dimanche "un manque de clarté, peut-être, dans la communication", elle a permis au 8 janvier à 100 000 Français de recevoir une injection.

Des questions, des réponses

Question de Céline sur Facebook : "J'ai moins de 55 ans mais je suis à risque puisque j'ai été opérée à cœur ouvert à 39 ans, un double remplacement valvulaire mitrale et aortique"
Pr Vanhems : D'ici fin janvier, on va commencer la vaccination des personnes à risque.

Hervé nous demande : "Mon beau-père a 97 ans et il ne réside pas en EHPAD. Nous souhaitons le faire vacciner au plus tôt sans le déplacer à l'hôpital et les pharmaciens ne sont pas encore missionnés pour cela. Comment faire alors ?"
Pr Vanhems : Probablement que les personnes âgées qui ne peuvent se déplacer ou qui présentent des handicaps pourront être vaccinées chez elles avec un professionnel de santé qui se déplacera donc à domicile.

Carinne Teyssandier : "Le vaccin Moderna vient d'obtenir son autorisation de mise sur le marché, est-ce que vous pouvez simplement nous dire quels sont les avantages et les inconvénients de ce vaccin par rapport à celui de Pfizer ?"
Pr Vanhems : L'avantage de Moderna, c'est surtout son stockage, c'est-à-dire qu’il peut être stocké dans des réfrigérateurs ou congélateurs à moins 25 degrés, comparé aux moins 80 degrés concernant Pfizer. En revanche, en termes d'efficacité ou d’effets secondaires, les deux vaccins sont extrêmement proches.

Carinne Teyssandier : "Doit-on craindre les variants dont des souches sont apparues en Angleterre et en Afrique du Sud ?"
Pr Vanhems : Le variant anglais dont on parle beaucoup apparaît en France dans quelques clusters ou dans quelques villes. À ce jour, au-delà de l'aspect qu’il soit plus transmissible, il n'a pas d'impact direct en ce qui concerne une diminution d'efficacité du vaccin donc c'est un virus qui se transmet plus facilement en revanche il n'entraine pas une maladie plus sévère, plus d'hospitalisations, réanimations etc...

Véronique nous demande : "Avons-nous la certitude qu'il n'y a aucun risque de déclarer une pathologie à la suite de ce vaccin ?"
Pr Vanhems : On ne pourra jamais l'affirmer. A ce jour, on a des millions de personnes vaccinées, plusieurs milliers dans les essais cliniques et maintenant en population générale plusieurs centaines de milliers. Il n’y a eu aucun effet secondaire sévère. Il y a eu que des cas recensés de petits troubles neurologiques, mais quatre cas sur 25000 personnes.

Carinne Teyssandier : "Professeur, est-ce que vous êtes vacciné ?"
Pr Vanhems : Je suis vacciné depuis la semaine dernière et tout s'est très bien passé. En effet, pas d'effets secondaires. Une douleur à l'injection pendant une dizaine de minutes et depuis tout va bien. J'attends mon rappel dans 3 semaines.

Carinne Teyssandier : "Dans 3 semaine,s ça c'est important de bien respecter le délai sinon ça annule les effets de la première dose ?"
Pr Vanhems : ça n’annule pas les effets de la première dose parce qu'on peut avoir ce rappel décalé de quelques jours. Mais on n'aura pas une protection optimale si le rappel n'est pas fait.

Carinne Teyssandier : "Est-ce qu'on peut mélanger les 2 vaccins ?"
Pr VANHEMS : On le déconseille, la haute autorité de santé déconseille d'avoir une première injection de Pfizer et un rappel de Moderna, par exemple, donc il faut se conformer à ces recommandations.

Question de Daniel sur Facebook : "Est-ce que les personnes vaccinées empêchent de contaminer les autres ?"
Pr Vanhems : Alors on a des données qui sont plutôt positives. La tendance est que ça va dans le bon sens mais on n'a pas encore assez d'informations pour généraliser cette affirmation, mais on est assez confiant sur cet impact.

Carinne Teyssandier : "Professeur comment convaincre les plus réticents d'aller se faire vacciner ?"
Pr Vanhems : Les arguments sont à la fois individuels, c'est-à-dire éviter de présenter une maladie éventuellement sévère, d'être hospitalisé, d'éviter de transmettre cette infection à ses proches et à la population générale. Et d'une manière plus globale, un contexte de santé publique afin d'éviter des hospitalisations de patients avec des pathologies lourdes, des cancers, des interventions chirurgicales etc… donc on doit aussi réfléchir dans le but d'éviter d'engorger le système de santé avec le covid.

Ensemble c'est mieux : le Pr Vanhems répond à vos questions

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société