Le président de l'Olympique Lyonnais devant le Conseil d'Etat pour défendre la reprise de la Ligue 1

L'audience devant le juge des référés du Conseil d'Etat a duré trois heures ce jeudi 4 juin. Trois présidents de club de Ligue 1 y assistaient, dont Jean-Michel Aulas. Le patron de l'OL a vivement défendu la reprise du championnat de football afin de terminer la saison 2019-2020. 

Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, lors de son arrivée au Conseil d'Etat à Paris, jeudi 4 juin 2020. Le patron de l'OL, ainsi que les dirigeants d'Amiens et de Toulouse, attaquent la LFP pour l'arrêt de la saison 2019-2020 de la Ligue 1 de football.
Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, lors de son arrivée au Conseil d'Etat à Paris, jeudi 4 juin 2020. Le patron de l'OL, ainsi que les dirigeants d'Amiens et de Toulouse, attaquent la LFP pour l'arrêt de la saison 2019-2020 de la Ligue 1 de football. © FTV

Il n'a pas souhaité répondre aux questions des journalistes qui l'attendaient à son arrivée au Conseil d'Etat, à Paris, ce 4 juin 2020. A la question de savoir quel était son état d'esprit avant l'audience, le président de l'Olympique Lyonnais se contente d'un "je ne peux pas vous parler, à cause du masque" (masque de protection contre le coronavirus). 

A l'intérieur de la salle d'audience, Jean-Michel Aulas a retrouvé toute sa verve habituelle pour contester les modalités d'arrêt de la saison 2019-2020 de la Ligue 1 de football en France. Le patron du club lyonnais a émaillé les débats de "répliques combatives" souligne l'AFP. Et a eu "de vifs échanges" avec Didier Quillot, le directeur général exécutif de la Ligue de Football Professionnel.
 

Nous sommes dans une situation invraisemblable, par rapport à la décision d'arrêter alors que nous pouvons redémarrer. Je suis consterné... Le classement déterminé par un quotient, on n'a jamais vu ça! Jamais! On balaye toute l'histoire, tous les investissements réalisés par Lyon, Amiens et Toulouse. - J.M. Aulas devant le Conseil d'Etat

 

Les dirigeants de Toulouse et d'Amiens sont également de cette offensive devant la cour administrative suprême. Avec la décision de la LFP de mettre un terme à la saison et de "figer le classement selon un quotient points pris/matches joués", les clubs d'Amiens et de Toulouse sont relégués en Ligue 2, tandis que l'OL se retrouve 7ème, loin d'une place qualificative pour les compétitions européennes.

 

 

Jean-Michel Aulas souhaite toujours finir la saison sur le terrain, à l'image des autres grands championnats européens qui ont choisi de reprendre la compétition. Et à ce sujet, le président de l'OL et le directeur général exécutif de la Ligue se sont également opposés sur l'interprétation de la date
du 3 août "fortement recommandée" par l'UEFA pour terminer la saison, ainsi que sur la possibilité que Mediapro, futur diffuseur de la L1 à partir de 2020-2021, puisse diffuser le redémarrage de la saison interrompue si elle devait reprendre.

La décision du Conseil d'Etat, cour administrative suprême, est attendue lundi 8 ou mardi 9 juin, a indiqué le juge des référés.
    

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport ligue 1 justice société coronavirus/covid-19 santé déconfinement