SUV, berline ou break, si votre voiture est une familiale, le stationnement devrait coûter plus cher à Lyon

Dès 2024, stationner à Lyon coûtera plus cher si vous avez une voiture familiale, moins de trois enfants et des revenus confortables. Pour espérer payer moins, il faudra peut-être faire le choix d'un véhicule thermique. Explications.

C'est une nouvelle mesure sur la mobilité à Lyon qui va diviser. La ville a décidé d'appliquer dès 2024 une nouvelle tarification du stationnement. Dans le viseur, les voitures de plus d'une tonne, pour lesquelles les résidents paieront plus que l'actuel tarif unique de stationnement de 20 euros par mois. L'objectif étant de limiter "l’impact global des véhicules sur l’environnement et l’occupation du domaine public".

Une tarification "progressive "

Dans la nouvelle tarification, seuls les propriétaires de véhicules thermiques de moins d'une tonne ou électriques de moins de 2,2 tonnes paieront 15 euros par mois, c'est-à-dire moins que le tarif unique actuel. Ce tarif s'appliquera également aux familles nombreuses de trois enfants et plus et aux résidents à faibles revenus. La ville de Lyon précise que cette mesure "concernera près d’un foyer lyonnais sur 2 et 60% des familles".

Le tarif est ensuite progressif et passe à 30 euros par mois pour les véhicules thermiques pesant entre 1.000 et 1.725 kg et les hybrides rechargeables de 1.000 à 1.900 kg. Les propriétaires de mastodontes thermiques de plus de 1.725 kg, hybrides rechargeables de plus de 1.900 kg ou électriques de plus de 2,2 tonnes devront payer 45 euros.

Dans quelle catégorie se situe votre véhicule ?

Pour justifier ces nouveaux tarifs, la ville de Lyon reprend la Convention citoyenne pour le climat qui précise que "les véhicules plus lourds ont un impact bien plus important sur le climat. Ils consomment davantage de carburants, ils nécessitent davantage de matériaux pour être construits et, pour les véhicules électriques, des batteries bien plus importantes".

Le tarif réduit à 15 euros comprend les véhicules électriques de moins de 2,2 tonnes (type Peugeot e-208, Renault Mégane électrique, Tesla Model 3 ou Model Y etc), c'est-à-dire la plupart d'entre eux, et les véhicules thermiques de moins d'une tonne (Renault Twingo, Fiat 500). Ce tarif concernera également les familles nombreuses de trois enfants et plus et les résidents à faibles revenus.

Ensuite, il apparaît qu'il faudra payer plus, même pour une Clio (le véhicule est passé de 892 kg à 1179 kg en 30 ans). Beaucoup de véhicules, citadines et familiales, compactes, berlines, breaks ou SUV, devront s'acquitter du tarif standard de 30 euros par mois. Voici quelques exemples de modèles concernés : Toyota Yaris hybride, Peugeot 308, Audi A4, BMW X1, Renault Espace.

Enfin, les 45 euros mensuels viseront de très gros véhicules, issus de marques haut de gamme. Par exemple les BMW X3/X5/X6/X7, Audi Q5/Q7/Q8. Mercedes détient le record sur le marché actuel, avec le SUV électrique EQS, qui pèse 2,8 tonnes.

Les familles avec un ou deux enfants pénalisées

Si elles ont une voiture de plus d'une tonne et non électrique, les 40 % de familles lyonnaises avec moins de trois enfants et des revenus ne nécessitant pas d'aide paieront plus. Ainsi, une famille de quatre personnes roulant en Clio devra payer au moins 10 euros de plus par mois (elle passera du tarif unique au tarif standard).

Pour payer moins, elle devra troquer sa voiture contre une petite voiture type Fiat 500 si elle n'a pas besoin de trop d'espace, ou passer à l'électrique. Dans ce créneau, les voitures familiales affichent des prix autour de 40.000 euros.

Des tarifs simplifiés pour les professionnels

La Ville de Lyon a repensé le tarif pour les entreprises.

Les métiers du "dépannage urgent" n'utiliseront plus le ticket horaire et auront un abonnement unique à l'année.
Les professionnels du BTP bénéficieront également d'un tarif annuel pour les chantiers et les véhicules ateliers.
Les commerçants et artisans lyonnais auront un tarif préférentiel pour stationner à proximité de leurs commerces ou ateliers.
Enfin, la réglementation pour les professionnels de santé sera élargie à de nouveaux métiers, mais la ville de Lyon ne précise pas lesquels.

Des annonces "floues" pour l'opposition municipale

En fin de journée, le groupe d'opposition Droite, Centre & Indépendants s'est exprimé sur la nouvelle grille tarifaire. Selon eux, ces annonces ont des "contours encore bien flous" et pose "beaucoup plus de questions que de réponses". 

Le groupe souhaite connaitre quel est l'impact mesuré par la majorité municipale par la mise en place de cette nouvelle politique de la ville, notamment du tarif résident différencié. 

Il réagit aussi à la fusion annoncée des tarifs Tempo et Presto pour le stationnement classique. Le centre-droit lyonnais souhaite savoir vers la grille tarifaire de quel prestataire les tarifs vont s'aligner.