Un trafic de cigarettes de contrebande démantelé dans le quartier de la Guillotière à Lyon

Après plusieurs semaines d'enquête, la police lyonnaise a démantelé un réseau de revente de cigarettes de contrebande. Le 16 décembre 2020, ce sont 11 personnes qui ont été interpellées et 1080 paquets de cigarettes saisis.

(illustration) (illustration) Au total, cette revente sans taxe ni TVA a généré un préjudice fiscal évalué à plus de 4,4 millions d'euros, selon les calculs de l'administration des douanes, qui a réclamé au procès une indemnité de même montant.
(illustration) (illustration) Au total, cette revente sans taxe ni TVA a généré un préjudice fiscal évalué à plus de 4,4 millions d'euros, selon les calculs de l'administration des douanes, qui a réclamé au procès une indemnité de même montant. © Cédric Jacquot/MAXPPP

Ce sont des trafiquants qui font partie du décor. Qui passe par la place Gabriel Péri à Lyon les remarque, peu discrets, à revendre des cigarettes sous le manteau. Si intégrés dans le paysage que les passants s'y habituaient, les pensant indéboulonnables comme tout autre commerçant. Pourtant, ils étaient surveillés depuis plusieurs semaines par la Brigade de sûreté urbaine (BSU) du commissariat du 3e arrondissement. Les policiers ont observés qui pouvait fournir ces vendeurs à la sauvette. Et remontant le réseau, ils ont identifiés un villeurbannais de 45 ans et un jeune homme de 23 ans demeurant à Rillieux-la-Pape, dans la proche banlieue de Lyon. Lors d'une descente de police, appuyée par la BAC et les douanes, ils ont été interpellés avec neuf autres individus le 16 décembre dernier.

Les 11 hommes ont été pris en flagrant délit. Ils ont tous été placés en garde à vue. Deux d'entre eux ont été présentés au parquet de Lyon. La perquisition a permis la saisie de 1080 paquets de cigarette.

Est-ce que cela permettra de changé le décor de la place Gabriel Péri? Rien n'est moins sûr.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité trafic économie tabagisme santé banditisme faits divers criminalité