VOST - "On a des bleus, on apprend à encaisser !", Murielle Jomard, championne du monde de Nunchaku de combat

Derrière des allures de brindille se cache une combattante redoutable. Murielle Jomard est championne mondiale de Nunchaku de combat. Son arme, elle la pratique au CAMO à Oullins, près de Lyon. Avant cela, elle a pratiqué le Karaté et le Taekwondo...

Ne vous fiez pas à son sourire, à son allure gracile et à ses immenses yeux clairs. Murielle n'a rien d'un frêle papillon.. La jeune femme de 38 ans est même une redoutable combattante, ceinture noire de Nunchaku, 3e Dan. Impressionnante par le nombre de titres qu'elle cumule.  

Le Nunchaku de combat, art martial confidentiel 

Murielle était encore une adolescente lorsqu'elle a eu le coup de coeur pour les arts martiaux en regardant la performance de Jet Li dans l'Arme Fatale 4. D'abord le Karaté, puis le Taekwondo... ces disciplines, elle a commencé à les pratiquer à l'université. Sa passion pour le Nunchaku a été plus tardive. Elle est née il y a une dizaine d'années : Murielle est littéralement tombée amoureuse de l'arme lors d'un gala de présentation du Club des Arts Martiaux Oullinois (CAMO). Elles ne sont que quatre structures en France à proposer un enseignement de Nunchaku de combat. Murielle s'y consacre de manière exclusive. Elle est aujourd'hui ceinture noire de Nunchaku, 3e Dan et deux fois championne du monde. 

Je voulais pratiquer le nunchaku jusqu'à 40 ans mais je ne suis pas sûre que je pourrais m'arrêter. Le Nunchaku, c'est une belle famille, on est peu nombreux à pratiquer cette discipline.

Murielle Jomard

Dès sa première année de pratique, Murielle est devenue championne d'Europe; l'année suivante, en 2010,  championne du monde. Exploit renouvelé en 2017. Malgré ses nombreux titres, elle veut rester modeste : " Quand les gens apprennent que je suis ceinture noire de Nunchaku, j'ai souvent droit à la réflexion  - il ne faut pas t'embêter ! -  Ça les impressionne ! Mais je pense qu'il faut toujours être modeste, essayer de s'élever. "

Fatalement, on ne peut s'empêcher de poser la question ? Est-ce-qu'il faut avoir peur et changer de trottoir quand on vous croise? "Pas nécessairement. On peut m'embêter dans la rue, je n'aurais pas mon nunchaku sur moi. Par contre, j'ai fait du karaté et du taekwondo... Après les gens voient !" indique la ceinture noire avec un petit sourire. Tout est question d'appréciation et d'amour du risque. "Pas besoin d'avoir une carrure impressionnante," résume-t-elle. Murielle est une vraie "gentille". Elle ne cache pas être "pacifique" malgré sa maîtrise des arts martiaux. Elle se dit même non-violente. Si on osait la comparaison, elle pourrait être le parfait mélange entre le personnage de BD Doc Justice et le héros de la série tv Kung-fu... 

Femme dans un milieu d'hommes

Murielle est l'une des rares femmes à pratiquer le Nunchaku à un si haut niveau. D'ailleurs dans son cours ne figurent que des représentants de la gente masculine. L'absence de présence féminine ne lui fait ni chaud, ni froid... "C'est un art martial très masculin. Mais s'il n'y a pas de femmes, ce n'est pas grave". Comment se comportent ses adversaires masculins ? "Certains ont beaucoup d'appréhension ; ils ont peur de faire mal ; ils ne veulent pas taper trop fort. On n'est pas faite en sucre pourtant," glisse-t-elle.

Difficile de se faire respecter ? La jeune femme n'a visiblement pas de problème. "Si quelqu'un veut taper, on lui fait comprendre qu'on peut aussi taper très fort. On lui fait comprendre aussi qu'il  y a des règles de combat : on est en semi-contact et pas en full-Nunchaku où l'on frappe à 100% de la puissance". En compétition de semi-contact, les adversaires frappent à 50% de la puissance de coup. C'est un art martial plus technique que physique. La vitesse de maniement est aussi un élément essentiel. Accessible à tous les publics et à tous âges, le Nunchaku permet aussi de développer la coordination.

Petite, Murielle voulait être secrétaire. Elle adorait "voir taper sur un clavier d'ordinateur", certainement impressionnée par la rapidité des doigts sur le clavier. Puis en regardant les séries TV, elle a changé d'avis : "je voulais devenir greffière, puis substitut du procureur, et pour finir, juriste d'entreprise. Aujourd'hui je suis juriste en cabinet d'avocats". Le contraste avec son allure sur le tatami est saisissant. Elle l'avoue, elle est également "un peu geek". C'est aussi une surprise. "J'ai toujours aimé les jeux vidéos. J'ai découvert la réalité virtuelle, et ça déchire !" Mais si le virtuel l'attire, ses combats sont bien réels. Le secret : "faire corps avec son arme".

Encaisser les coups ...

"On prend des coups. Pour le combat, ce sont des nunchakus avec de la mousse ferme. Mais ça a beau être de la mousse, quand ça tape, ça peut faire mal. On apprend à encaisser des bleus. Au fur et à mesure, le corps s'habitue et les bleus passent de plus en plus vite." A la question de savoir si elle aime donner des coups, la réponse est directe : "J'en prends donc j'en donne. Chacun son tour et mieux vaut que j'en donne plus pour gagner le combat. On est là pour ça, il faut en donner et se faire plaisir".
Un combat en semi-contact se déroule en deux manches de trois minutes. "Six minutes sur un tatami, ça peut être très long," explique Murielle. Côté points : c'est un point pour le corps et deux pour la tête. 

Quand on est dans une compétition, le but c'est de prendre le moins possible de coups et d'en donner le plus possible. Si on veut gagner, il faut y aller !

Ce qui la fait vibrer dans la compétition ? Elle aime la technique, le challenge, la compétition... "Le plus important c'est de se voir progresser et de voir progresser ses élèves". Aujourd'hui, si elle changeait de pratique sportive, Murielle opterait pour la danse, une autre de ses envies qui remonte à l'enfance. Et d'ailleurs, la pratique du Nunchako a quelque chose de chorégraphique. Exit le tutu ou le ballet classique, Murielle a été conquise par la danse country. 

Son rêve aujourd'hui : que la discipline soit plus connue. Mais à Oullins, le tatami est petit et elle regrette que le projet de réalisation d'un plus grand Dojo ne soit pas à l'ordre du jour.  

Le palmarès impressionnant de Murielle 

(* FINCA, ITNA et NIA sont les différentes fédérations qui ont chacune leurs propres règles de combat : FINCA - fédération française ; ITNA et NIA - fédérations suisses) 

L'équipe de #VOST a rencontré Murielle sur le tatami du Dojo d'Oullins ...

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par FRANCE 3 RHONE ALPES (@france3rhonealpes)

 

Pour en savoir plus sur le Nunchaku

Révélé en Occident dans les années 70 par le cinéma et les films de Bruce Lee, le Nunchaku est à l’origine un outil agricole (probablement un fléau) détourné de sa vocation première par les habitants de l’île d’Okinawa. Dans les années 1980 un Français, Pascal Verhille développa une méthode de Nunchaku de Combat. La discipline se décline en technique de combat (nunchaku mousse), Katas et 29 maniements (nunchaku bois) et Freestyle (nunchaku artistique), Chaque technique nécessite vitesse et précision. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
portrait culture sport