• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Rhône - Polémique autour du CEF de Saint-Jean-La-Buissière

Le CEF la Mazille / © France 3 RA
Le CEF la Mazille / © France 3 RA

Le centre éducatif fermé "La Mazille", implanté à Saint-Jean-La-Buissière, accueille des mineurs délinquants. Après la publication le mois dernier d'un rapport du contrôleur général des lieux de privations de libertés, la presse fait état de plusieurs accusations de maltraitance des jeunes.

Par dm

Le centre accueille une douzaine de jeunes. Le CEF est géré par l’association « Société Lyonnaise pour l’enfance et l’adolescence » (SLEA).

Le reportage ci-dessous
Rhône - Polémique autour du CEF de Saint-Jean-La-Buissière
Reportage V.Benais, J.Perrier - Edition 19/20 Rhône-Alpes du 27/8/15

 

Les précisions de la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (Ministère la Justice) :

"Une équipe du CGLPL s’est rendue, au mois de juin 2012, au CEF de la Mazille à Saint-Jean-la-Bussière dans le Rhône, géré par l’association «Société lyonnaise pour l’enfance et l’adolescence». Depuis cette visite, de nombreuses améliorations ont été apportées au fonctionnement de ce CEF, au bénéfice des jeunes accueillis et des personnels. Par exemple :

- une nouvelle directrice a été recrutée dès le mois de septembre 2012 pour remplacer le directeur dont les défaillances étaient relevées ; la qualité de son implication et ses résultats, notamment la baisse significative du nombre de jours d’arrêt maladie, ont été relevés par le comité de pilotage territorial réunissant la Protection judiciaire de la Jeunesse, les juridictions et la préfecture ;

- des formations collectives, auxquelles ont participé l’ensemble des éducateurs, ont été développées à partir de 2013 et une politique de validation des acquis de l’expérience a été mise en place au bénéfice des professionnels ;

- les parents ont été mieux associés, un espace au sein du CEF leur est dédié et la privation d’un retour en famille planifié n’est plus utilisée comme sanction interne au CEF ;

- depuis juin 2013, une collaboration s’est instaurée avec un médecin psychiatre libéral qui reçoit tous les mineurs contraints à une obligation de soins ou en besoin de prise en charge.

Une réponse détaillée sera adressée très prochainement par la garde des Sceaux à Madame la contrôleure générale des lieux de privation de liberté afin de rendre compte précisément de ces évolutions."

Sur le même sujet

Interview d'une usagère du TER Lyon Ambérieu

Les + Lus