Rouler seul sur les voies de covoiturage pourra vous coûter 135 euros dans la métropole de Lyon

durée de la vidéo : 00h01mn49s
Trois radars thermiques ont été installés sur la M6/M7 aux portes de Lyon, entre Confluence et Dardilly. Ils verbalisent les usagers solitaires qui empruntent la voie de covoiturage. ©FTV

Rouler seule sur la voie de covoiturage pourrait vous coûter 135 euros. Des radars thermiques sont en capacité de détecter les voyageurs solitaires appelés autosolistes. L'objectif : promouvoir le covoiturage pour limiter le nombre de véhicules dans la métropole de Lyon.

Ils étaient déjà là, bien visibles, prêts à l’emploi. Ne manquait plus que l’homologation de l’état. L'arrêté a été publié dans le JORF du 30 avril. Trois radars thermiques installés sur la M6/M7 aux portes de Lyon, entre Confluence et Dardilly, verbalisent désormais les automobilistes qui circulent seuls sur la voie réservée au covoiturage, signalées par un petit losange lumineux, blanc sur fond noir. 

Sanctionner les infractions

Les voies de covoiturage ont été mises en place en décembre 2020 dans la métropole aux heures de forte affluence. Quatre ans plus tard, le bilan est mitigé. Un automobiliste sur deux ne respecterait pas le losange. Les autorités ont décidé de suivre l'exemple canadien qui a constaté un meilleur respect des consignes suite à la mise en place de radars thermiques.

En France, il faut le bâton et la carotte : la carotte, c'est l'indemnisation des conducteurs qui covoiturent, mais on fait aussi le bâton, car sans ça, les gens ne respectent pas les règles.

Jean-Charles Kohlhass

vice-président EELV à la Métropole de Lyon chargé des mobilités

"Des caméras thermiques vérifient qu'il y a plusieurs personnes dans la voiture. Si vous mettez une poupée gonflable sur la place du passager, elle n'est pas vue par le radar, un enfant oui". Jean-Charles Kohlhass, vice-président EELV à la Métropole de Lyon chargé des mobilités, ne manque pas d'humour sur le sujet. Il ajoute que s'il n'y a qu'une seule personne dans le véhicule, le radar flashe alors la plaque d'immatriculation pour ensuite permettre éventuellement à un policier de verbaliser. L'amende s'élève à 135 euros. Les autosolistes de véhicule Crit'Air 0 peuvent circuler sans risque de contravention.

Cette expérimentation devrait durer jusqu’en 2025. 

L'objectif n'est pas financier, mais de diminuer le nombre de voitures qui entrent dans la métropole de Lyon.

Jean-Charles Kohlhass

vice-président EELV à la Métropole de Lyon chargé des mobilités

Encourager le covoiturage

L’idée de ces radars, c'est d’encourager le covoiturage. Depuis le mois d’avril et la création de l’application “En Covoit’ Grand Lyon” qui rémunère les automobilistes vertueux, la pratique a été multipliée par 2,7 dans la métropole. "Quand vous êtes ensemble dans la voiture, vous vous déclarez dans l'application et vous êtes indemnisés". Comptez 1.5 euros le trajet et 2 euros pour ceux qui sont abonnés au transport en commun lyonnais". L'opération est financée à moitié par la métropole et à moitié par l'état.