Vénissieux: un blogueur audacieux mais pourtant contestable ...

Rencontre avec le blogueur Bassem Braïki par une de nos équipe de reportage le 20/11/2015 / © France3 RA
Rencontre avec le blogueur Bassem Braïki par une de nos équipe de reportage le 20/11/2015 / © France3 RA

Le blogueur "Chronic 2 Bass", qui a gagné en notoriété grâce à son coup de gueule contre les auteurs des attentats du 13 novembre, est également l’auteur de propos très violents envers plusieurs jeunes femmes arabes apprend-on sur le site de nos confrères de Metronews.

Par Isabelle Gonzalez

Depuis les effroyables événements du 13 novembre dernier à Paris, les paroles spontanées de musulmans anonymes contre le jihadisme fleurissent sur la toile...  "Je m'adresse à tous les musulmans de France, protégeons notre belle religion", ou encore "c'est quoi ça Daech, qu'est-ce qu'ils racontent ?": à distance d'institutions de l'islam parfois contestées, des musulmans anonymes ont pris spontanément la parole pour dire non au terrorisme, et ils font le buzz comme on dit !

Derrière un individu peut se cacher une part d'ombre qu'il ne faut pas négliger Extrait d'une page aujourd'hui désactivée par Facebook à la demande de la jeune femme ici menacée / © Ainsi, si "Chronic 2 Bass" a gagné en notoriété après son "coup de gueule" contre les terroristes il semble que l'homme soit également intolérant à l'égard des "beurettes" qui apparaissent dans les vidéos de rappeurs ou encore dans des films porno .... Sa condamnation à l'égard de ceux qui se servent de l'islam pour tuer des personnes innocentes est aussi virulente que ses propos à l'égard de femmes arabes. En effet, sur une page Facebook, aujourd'hui désactivée, il diffusait des propos misogynes et orduriers, des propos répréhensibles, comprenant parfois des menaces de mort. 

Contacté par nos confrères de métronews, il précise qu'il n'a jamais été physiquement violent, mais on le sait bien, les mots sont des violences ....





Quelles informations circulent sur internet?
Nous avons rencontré, vendredi 20 novembre dernier un de nos confrères journaliste à La Tribune de Lyon, Antoine Comte, il est responsable des éditions web. Il nous a accordé un entretien dont voici un extrait, il insiste sur l'absence de contrôle sur la nature des informations, ni sur leur véracité. Les internautes sont libres dans la limite de ce qui est pénalement répréhensible.
Interview d'Antoine Comte de Tribune de Lyon
Antoine Comte est responsable des éditions web de Tribune de Lyon, il nous a accordé un entretien, le 20 novembre dernier. Il insiste sur l'absence de contrôle sur la nature des informations, pas plus que sur leur exactitude.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus