Saints de glace : les jardiniers doivent-ils s'en méfier ?

La période des Saints de glace commence le 11 mai. Selon la croyance populaire, des gelées sont possibles jusqu’à 13 mai. Une période redoutée par les jardiniers.

Jusqu'à la mi-mai, les jardiniers qui redoutent les gelées peuvent poser un voile de protection sur leurs cultures.
Jusqu'à la mi-mai, les jardiniers qui redoutent les gelées peuvent poser un voile de protection sur leurs cultures. © Christian Rougeron

Traditionnellement, les Saints de glace sont au nombre de trois : Saint Mamert (11 mai), Saint Pancrace (12 mai) et Saint Servais (13 mai). Selon la tradition populaire, ils ont la réputation d'apporter le froid et la gelée : « Les Saints Servais, Pancrace et Mamert : à eux trois, un petit hiver ». Selon les croyances populaires, une fois cette période passée, le gel ne serait plus à craindre. Un prévisionniste de Météo France explique : « Il y a des risques de gelées jusqu’à mi-mai mais si on regarde statistiquement, il y a autant de gelées le 9 mai que le 11 mai. Plus on va vers fin mai, plus cela décroît. Souvent, dans nos contrées, de façon approximative, les Saints de glace sont la date des dernières gelées au sol, pas de température sous abri. Sous abri, la prise de température se fait dans une boîte qui est ventilée, à 1,70 m du sol. Ce qui intéresse les jardiniers à cette époque-là est plus le gel au sol. Quand il y a une nuit calme, avec un ciel dégagé sans vent, en général il fait plus froid au sol que sous abri. Il peut y avoir 2 à 3 degrés sous abri mais des gelées au sol. Souvent, la première quinzaine de mai correspond aux dernières gelées au sol que l’on peut constater ».

Des données statistiques

Des risques de gel

Ces périodes de gelées sont particulièrement redoutées par les jardiniers. Christian Rougeron, président des jardiniers des Pays d’Auvergne, raconte : « Traditionnellement, les Saints de glace sont redoutés mais cela fait partie de toute cette période de la lune rousse qui commence au mois d’avril et qui se termine au 15 mai. Pendant toute cette période-là on a des risques de gel comme on a pu le voir il y a quelques temps en avril. Mais on n’a pas plus de risques de gel au moment des Saints de glace que pendant les 3 ou 4 semaines qui précèdent. Comme on a été bien servi par les gelées d’avril, j’espère qu’on n’aura pas un épisode du même genre, ça serait quand même surprenant. On constate dans nos climats que ça fonctionne souvent par épisodes d’une dizaine de jours. On a eu du gel, pour 10 jours de beau temps, et là on est dans un épisode de baisse des températures et on va peut-être descendre en-dessous des normales. Je pense que dans une dizaine de jours on aura à nouveau des températures plus favorables. Mais on est sûr de rien. Statistiquement, on a des risques de gel jusqu’au 15 mai. Dans les points en altitude ou dans les bas-fonds on a des risques de gel encore jusqu’à la fin mai ».

Ce qu'il ne faut surtout pas faire au jardin

Le jardinier explique ce qu’il faut à tout prix éviter avant les Saint de glace : « Avant les Saints de glace, on ne doit pas planter des cultures qui sont particulièrement sensibles au gel, prioritairement les aubergines, les poivrons, les piments, les courgettes et les concombres. Il faut s’abstenir de les planter ». Cependant, lorsque le temps est agréable, la tentation est grande de planter quelques légumes. Le jardinier précise : « C’est aussi un objectif des jardiniers que d’avoir des cultures pas trop tardives. L’an dernier par exemple, nous avons eu, malgré des périodes de canicule, des retards de cultures et les premières tomates sont arrivées au mois d’août. Le jardinier aimerait bien avoir des tomates à partir du mois de juillet. Quand les plants sont bons à repiquer, on peut les planter sans les tutorer, sans mettre de piquets. Je vais mettre quelques arceaux avec un voile de protection, aussi appelé voile de croissance, qui est plus léger que le voile d’hivernage car il fait 19 grammes par m². On ne doit pas poser ces voiles-là directement sur la végétation. Sur les bords, on maintient le voile avec du bois ou des cailloux pour que le vent ne l’emporte pas. On peut laisser le voile jusqu’au 20 mai. On n’aura plus de risque de gel, on pourra alors retirer le voile, et tutorer par exemple les plants de tomate. Le voile a aussi un effet micro climat qui va favoriser la reprise et faire avancer la végétation. On peut le faire aussi pour les semis de courgettes. Le voile apporte aussi une protection contre les insectes parasites. Il forme une barrière pour les courgettes qui sont souvent touchées par les pucerons ».

La culture du haricot

Christian Rougeron donne un autre conseil pour le haricot : « Parmi les autres cultures assez sensibles au froid et qu’on hésite à planter avant les Saints de glace, il y a le haricot. Traditionnellement, on attendait le 10-15 mai pour les semer. Il y a même un dicton qui dit que c’est à la Saint Didier, le 23 mai, qu’on a les meilleures récoltes. Mais avec le réchauffement climatique, je trouve que c’est un peu tard pour semer les haricots. S’il y a des épisodes de canicule, les haricots souffrent énormément. Cette année, je viens de semer les haricots. On a avancé le semis de 15 jours par rapport à ce qu’on fait d’habitude. On va quand même sécuriser avec un petit voile de protection pour éviter les coups de froid ». Il poursuit : « La pomme de terre demande aussi à être protégée. En général, on les a plantées début avril et les feuilles commencent à sortir. Si on a un coup de gel, elles vont souffrir. En général, ce n’est pas dramatique car la pomme de terre peut repartir mais le rendement peut en être affecté. Je conseille de suivre les prévisions météo et si la température annoncée est de 2 à 3 degrés sous abri, cela signifie qu’il va geler au sol. Il faut sortir le voile de protection et le mettre en place ».

L'importance des prévisions météo

Il faut cependant être vigilant pour certaines plantes, même après le 15 mai : « Une fois que les Saints de glace sont passés, tout est possible pour le jardinier, sauf pour les cultures méditerranéennes où il faut mieux attendre la fin mai pour les planter. Ce sont des plantes qui ne gèlent pas mais qui sont stressées par les températures nocturnes inférieures à 10°C. Ensuite leur développement est très affecté ». Selon le président des jardiniers des Pays d’Auvergne, les amateurs ont désormais des outils à leur portée pour éviter les périodes de gel : « Maintenant le jardinier est moins attentif à ces dictons populaires. Il faut se baser sur les prévisions météo qui ont beaucoup gagné en fiabilité et c’est quelque chose qu’on n’avait pas autrefois. Comme on n’avait pas de prévisions météo, on se basait sur ces dictions populaires. Ils ont effectivement un fond de vérité ». Cette année, les jardiniers guetteront sans doute la météo des Saints de glace avec intérêt, histoire de voir si cette croyance populaire dit vrai.

 

Retrouvez ci-dessous tous nos conseils jardinage, saison par saison. Faites défiler les articles en cliquant sur les flèches ou cliquez sur la saison de votre choix dans la chronologie.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo froid jardinage loisirs jardins nature