Albertville : les agents de La Poste en grève contre une restructuration de leur service

Les agents de La Poste à Albertville ont déposé un préavis de grève illimité à partir de ce lundi 18 octobre. La cinquantaine d'agents manifestent, entre autres, contre la mise en place des "tournées sacoches".

"Cela fait depuis juillet que les facteurs de La Poste sont en désaccord avec la réorganisation. Mais le niveau de pression est monté. La restructuration du service est prévue pour le 26 octobre", explique François Marchive, délégué syndical SUD à La Poste d'Albertville.

Depuis ce lundi 18 octobre, les syndicats CGT, FO et SUD ont déposé un préavis de grève illimité. Certains agents, soumis à des obligations de travail, ont décidé de débrayer une heure par jour, d'autres ont pris une journée de grève. Tous entendent manifester contre une restructuration du service et la mise en place de "tournées sacoches".

Fin octobre, le travail de tri et les livraisons du courrier ne seront plus effectués par le même agent : "C'est une réorganisation qui a déjà été instaurée dans plusieurs bureaux de poste. Et ça fonctionne très peu. À tel point que certains bureaux ont décidé de revenir à l'organisation actuelle", témoigne François Marchive avant d'expliquer les raisons : 

"Les usagers ne voient qu'une partie de notre travail. Le matin nous effectuons un travail préalable à la livraison sur la plateforme de tri. C'est un travail essentiel avant de partir en livraison. Les facteurs connaissent le terrain, les ajustements qu'il faudra effectuer à la livraison, les changements d'adresse, les suivis de courrier... Si les deux tâches sont séparées, nous allons perdre en efficacité."

François Marchive, délégué syndical SUD.

 

Vers moins d'effectifs ?

Les délégués syndicaux regrettent la mise en place de cette restructuration, qui pourrait amener, selon leurs calculs, la suppression de 7 emplois sur les 50 agents de la structure : "Avec La Poste, c'est toujours en 'moins', jamais en 'plus'", s'exaspère le délégué syndical.

L'urgence pour l'intersyndicale ? C'est de décaler cette restructuration : "Ils mettent en place cette nouvelle organisation alors que nous approchons de fêtes de fin d'année. Le trafic du courrier et des colis va devenir de plus en plus important dans les semaines qui arrivent. On demande, a minima, de décaler cette organisation après les soldes d'hiver, en février. Le timing est absurde, c'est ce qui a notamment mis le feu aux poudres."

Selon les syndicats, La Poste aurait entrepris la généralisation de cette restructuration suite à la crise du Covid-19. Pendant les confinements et les mois qui ont suivi, le "trafic courrier" a fortement baissé, ce qui permettrait de réorganiser les tournées. "Il y a de moins en moins de courrier mais le trafic des colis a fortement augmenté. Les gens commandent de plus en plus sur Internet. En vérité, le trafic global reste le même, s'il n'est pas plus important", contrebalance François Marchive.

Un changement de service, pour la direction

Du côté de la direction, on insiste sur la baisse des volumes du courrier : "La Poste doit faire face à une mutation de la nature de ses activités. Au niveau national, la baisse des volumes du courrier à distribuer est continue depuis 2008 avec une diminution de 16,2 % entre 2019 et 2020. Soit le double de ce qui était prévu. Sur le secteur d’Albertville, cette baisse est encore plus forte avec une chute de 20 % du courrier à distribuer."

La direction opérationnelle des Pays de Savoie explique notamment que La Poste devra se tourner vers de nouvelles activités comme "l’apport de services à domicile". "Le métier de facteur doit se positionner au plus près de ses clients et cela est rendu possible par une répartition différente des tâches. Cela concerne précisément la préparation et le tri des plis en amont de la distribution. Cette tâche sera désormais accomplie plus tôt le matin par un préparateur spécialisé, ce qui permettra au facteur en charge de la distribution de démarrer plus tard sa prise de service de façon à être au plus près de ses clients tout au long de la journée", poursuit la direction.

Elle précise également que la restructuration du service "se fait sans aucun licenciement" et rappelle que "le site d’Albertville a recruté 18 nouveaux facteurs en CDI en 2021 et 2 nouvelles embauches en CDI seront réalisées d’ici fin décembre."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social emploi