"La Corne" : une torche des JO d'Albertville 1992, designée par Philippe Starck, adjugée à 22000 euros aux enchères

Une torche des Jeux olympiques d'hiver d'Albertville 1992 fait partie d'une vente aux enchères, organisée par la maison De Baecque et associés, ce jeudi 15 février à Lyon. L'objet, designé par Philippe Starck et mis en vente à 10 000 euros, a été adjugé à 22 000 euros.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Elle avait été vue par des millions de téléspectateurs lors de la cérémonie d'ouverture. Une torche des Jeux olympiques d'Albertville, organisés en 1992, a été vendue aux enchères, ce jeudi 15 février, par la maison De Baecque et associés à Lyon.

Trente-deux ans après les dernières olympiades hivernales en France, l'objet a refait surface pour une rarissime vente aux enchères : "C'est un objet rare. Seules 130 torches avaient été éditées pour ces JO", explique Thibaut de Longcamp, responsable du département design à la maison De Baecque et associés.

"Cette torche faisait partie d'une collection privée d'un particulier. On peut penser qu'après les Jeux, ces différentes torches ont été offertes à des officiels ou à des membres de l'organisation", poursuit-il.

"La Corne"

La mise en vente de ce symbole des JO-1992 a été fixée à 10 000 euros. Un coût notamment justifié par la singularité de cet objet : "Cette torche a été designée par Philippe Starck. Son esthétisme change de l'ordinaire avec des lignes élégantes en métal brossé et inspiré des cornes des vaches de la région savoyarde." Au terme de la vente, la torche a été adjugée à 22 000 euros hors frais, indique la maison de Baecque et associés.

Surnommée "La Corne", la torche olympique avait été allumée en 1991 avant de parcourir 5 500 km à travers la France pour finalement arriver dans les mains du footballeur Michel Platini, dernier relayeur chargé d'allumer la vasque olympique. "C'est aussi un objet designé à une grande époque de la création française, entre la fin des années 1980 et le début des années 90", ajoute Thibaut de Longcamp.

Organisée par le commissaire-priseur Etienne de Baecque, cette vente aux enchères se poursuivra ce vendredi 16 février. Cette fois-ci avec des œuvres du sculpteur Pierre Dedieu.