ARCHIVES VIDEO. "C'est une catastrophe" : il y a 60 ans, les stations de ski s'inquiétaient déjà du manque de neige

Publié le

Le manque de neige et de précipitation ces dernières semaines ont fait de cet hiver 2022-2023, une saison proche du plus faible enneigement dans les Alpes du Nord. Pour plusieurs météorologues, la situation rappelle celle de l'hiver 1963-1964, où plusieurs stations de ski avaient dû composer sans neige. Retour 60 ans en arrière.

Les dernières chutes de neige, tombées ce week-end, ont de nouveau saupoudré les Alpes du Nord. Un léger soubresaut après une trentaine de jours sans précipitation, et de premières inquiétudes, cette année, sur la sécheresse des sols.

La situation reste préoccupante : "Nous ne sommes pas sur une année record en termes de faible enneigement. Mais nous nous en rapprochons dangereusement. Pour le moment, cet hiver figure parmi le haut du panier en termes de faible enneigement", constate Sophie Tessier, responsable adjointe du centre Météo-France des Alpes du Nord.

Les fortes chaleurs, de ces dernières semaines, ont détérioré le manteau neigeux de nombreuses stations de ski. Le manque de neige s'est fait ressentir lors de ces vacances scolaires. Pour plusieurs météorologues, cette saison rappelle, à quelques détails près, l'hiver 1963-1964. Pour Météo-Alpes, il a fallu remonter 59 ans auparavant pour "trouver trace d'un enneigement pire à cette période de l'année (localement un peu moins loin) dans les Alpes du Nord".

De son côté, Météo France explique que l'épaisseur moyenne entre le 1er décembre et le 22 février a été de 14 cm cette année : "Cette valeur moyenne le situe comme le 3e hiver le moins enneigé après 1989-90 (8 cm en moyenne), 1992-93 (10 cm) et juste avant 2006-07 (16 cm) et 1963-64 (18 cm)."

Une saison sèche et sans neige

En 1964, la France découvre les stations de sports d'hiver, qui fleurissent en altitude. Mais cette année-là, la neige manquait à l'appel des sommets. A Chamrousse, station iséroise, les professionnels du tourisme devaient déjà improviser et proposer des "parties de boule, des concours de belote ou de bridge" pour retenir les visiteurs.

durée de la vidéo : 00h02mn42s
La station de Chamrousse face au manque de neige de l'hiver 1963-1964. ©INA

L'hiver 1963-1964 était, à l'instar de la saison actuelle, sec et sans neige : "En 1964, la station de Pralognan n'avait enregistré que trois jours d'enneigement jusque fin février : le 13 décembre, le 30 janvier et le 17 février", explique Sophie Tessier. Et les niveaux de neige étaient comparables à cette année : "Le cumul de neige maximal lors de cette saison était de 38 cm. Et en moyenne, entre le 1er décembre et le 1er mars, le cumul moyen était de 10 cm."

D'après des documents d'archives, ils s'élevaient seulement 6 cm de neige à Vaujany ou encore 15 cm à Autrans au 31 décembre 1963. A Chamonix, les skieurs, dépourvus de neige, avaient dû trouver d'autres occupations, comme "faire la tournée des clubs". "Mais est-ce cela la véritable cure d'oxygénation ?", s'interroge ce reportage de l'hiver 1964.

durée de la vidéo : 00h00mn30s
Face au manque de neige lors de l'hiver 1963-1964, les touristes de Chamonix, privés de ski, ont dû trouver d'autres occupations. ©INA

Pour remédier au manque de neige, les stations au pied du mont Blanc avaient déjà recours aux canons à neige : "Puisque la neige est trop capricieuse, l'homme a décidé de la fabriquer avec, une fois n'est pas coutume, un canon bien pacifique."

durée de la vidéo : 00h00mn22s
Face au faible enneigement de l'hiver 1963-1964, les canons à neige étaient en ordre de marche à Chamonix. ©INA

A noter que cette pénurie de neige en 1963-1964 concernait avant tout les Alpes. D'autres massifs comme les Pyrénées, ou encore les Cévennes, avaient été épargnés. Mais, toujours dans les Alpes, la Suisse avait aussi connu un faible enneigement.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité