Canicules, Covid-19... Pourquoi la Savoie a connu un excès de mortalité de 53% lors de l'été 2022

Publié le
Écrit par Margot Desmas .

La Savoie est le département français ayant connu le plus fort excès de mortalité à l'été 2022. Les plus de 75 ans ont été les plus touchés sur cette période marquée par de fortes vagues de chaleur.

C'est l'un des étés les plus chauds jamais observés. L'été 2022 et ses trois épisodes de canicule ont été marqués par un excès de mortalité en France. Un bilan de Santé publique France fait état de 2 816 décès en excès à l'échelle du pays sur cette période, soit une surmortalité de 17 %.

Le département de la Savoie présente l'excès de mortalité le plus fort à l'échelle nationale avec +53 %, ce qui correspond à "une quarantaine de décès en excès". Les plus de 75 ans sont les plus touchés par cette surmortalité.

L'Auvergne-Rhône-Alpes dans son ensemble est particulièrement concernée, tant par l'intensité des épisodes de chaleur que par la surmortalité qui atteint 13 %. Il s'agit de la deuxième région la plus impactée par l'excès de décès derrière l'Occitanie.

"Un lien direct avec la canicule"

Comment expliquer que la Savoie ait été si endeuillée à l'été 2022 ? "Les données interpellent sur cet excès de mortalité majeur", reconnaît le professeur Jean-Luc Bosson, responsable du pôle santé publique au CHU Grenoble-Alpes. Ces chiffres seraient, selon lui, "en partie liés à la taille de la population" plutôt faible dans ce département.

"L'excès de décès est plus important en Isère [+ 78 décès, NDLR] qu'en Savoie, mais la population est aussi plus importante en Isère, souligne-t-il. La notion de pourcentage est donc à prendre en compte." Mais la notion de population n'est pas le seul facteur à peser dans la balance.

Coups de chaleur, déshydratations… Les vagues de chaleur ont eu un impact significatif sur les passages aux urgences : 57 % d'entre eux étaient liés à la canicule durant la période estivale. "L'ensemble des données sur les passages aux urgences sont cohérentes avec les chiffres [de la surmortalité] et suggèrent fortement un lien direct avec la canicule", analyse le Pr Bosson.

La pandémie de Covid-19 pourrait également expliquer en partie cette surmortalité. Le virus "a pu augmenter la vulnérabilité à la chaleur pour certaines personnes", et l'exposition à la chaleur "aggraver l'état de certains malades", écrit Santé publique France dans son rapport. Au cours de l'été 2022, 151 décès liés au Covid-19 ont été enregistrés en Auvergne-Rhône-Alpes, en majorité des personnes âgées de 70 ans et plus.

Surmortalité comparable à 2015

Globalement, la surmortalité atteint, pour l'été 2022 en Auvergne-Rhône-Alpes, des seuils comparables à la vague de chaleur de l'été 2015. "Mais on reste loin de la canicule de 2003" et de ses 1 680 décès en excès à l'échelle de la région, nuance le professeur Jean-Luc Bosson.

"C'est la répétition et la durée de ces épisodes de canicules qui doivent inquiéter", ajoute-t-il. Ces vagues de chaleur sont amenées à s'intensifier au fil du temps avec le réchauffement climatique. "Il faut reconnaître que l'évolution du climat tue, même dans un pays aussi évolué que le nôtre."

Dans son rapport, Santé publique France souligne "l'importance d’anticiper l’impact de la chaleur en amont des périodes de canicule" afin d'alerter et protéger les plus vulnérables.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité