Cet article date de plus de 5 ans

Découvrir et pratiquer le ski de randonnée en toute sécurité en Savoie

Fin janvier, 420 personnes ont découvert ou redécouvert le ski de randonnée, à Arêches-Beaufort. Les organisateurs de la 4ème édition du "Grand Parcours" ont insisté sur l'importance de la sécurité lors de la pratique de cette discipline en pleine expansion. 
© France 3 Alpes
"Un petit coup de talon!" Isabelle, monitrice de ski de randonnée ne cessera jamais de répéter cette phrase aux amateurs inscrits à ses cours d'initiation. Car c'est la base pour réussir à manier les spatules et gravir des pentes enneigées. Pendant deux jours, la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne organise un itinéraire de découverte de cette discipline en plein boom. Le but? Devenir autonome et surtout pratiquer en toute sécurité.

Pour s'adonner à ce sport, il n'est pas nécessaire d'être un professionnel de la montagne. Mais il est indispensable de connaître la discipline. Il faut être en bonne condition physique et être capable de faire 400 mètres de dénivelé. Un niveau de ski d'aisance en piste rouge est aussi requis. Mais cet exercice ne se pratique pas uniquement en station, et lorsqu'on quitte les domaines on se retrouve en situation de hors-piste, il faut donc être prudent.

Reportage Françoise Guais et Dominique Semet
durée de la vidéo: 03 min 05
Une formation de ski de randonnée en Savoie


Maîtriser son matériel

Le port de DVA (détecteur de victimes d'avalanches) est primordial avant de chausser les skis. Au début de chaque cours, Isabelle Ciferman vérifie l'émission et la réception des appareils de chacun de ses stagiaires. L'encadrante conseille aussi le port d'un casque: "ce n'est pas indispensable mais, en cas de coulée, il sera plus qu'utile." 

Le port de Détecteur de Victimes d'Avalanches (DVA) est indispensable lors d'une randonnée à ski
Le port de Détecteur de Victimes d'Avalanches (DVA) est indispensable lors d'une randonnée à ski © France 3 Alpes

Vient ensuite la préparation des skis. L'application d'une peau de phoque sur les spatules est essentielle pour avancer, et à chaque type de neige, sa pelure. Quand on la colle, il faut que la semelle soit propre sans poudreuse, ni glace. "On la soigne car la peau peut être encollée à nouveau", explique Isabelle.

Trucs et astuces

Pendant son cours, l'instructrice délivre des astuces à ses élèves, comme l'utilisation d'antibotte en cas de neige humide. C'est un stick que l'on passe dans le derme de phoque et qui évite l'accumulation de matière sous le ski. Lors de ce week-end les sportifs apprennent également à enlever ou mettre une peau, en déchaussant seulement un pied, entre autre.
 

Le plus dur pour les débutants reste cependant l'apprentissage de la "conversion". Ce mouvement permet de changer d'axe ou de faire demi-tour. Et tout le monde ne le maîtrise pas du premier coup. 

durée de la vidéo: 00 min 32
Explication de la conversion
Qu'ils pratiquent régulièrement ou non le ski de randonnée, les stagiaires apprennent tous quelque chose lors de ce "Grand Parcours", notamment la fameuse conversion. Une fois arrivés au sommet des pistes, ils sortent généralement leur téléphone pour immortaliser leur ascension.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ski sport montagne