• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La commune de Courchevel existe enfin après la fusion de La Perrière et de Saint-bon-Tarentaise, en Savoie

Contrairement à ce qu’on pouvait imaginer, la commune de Courchevel n’existait pas jusqu’à présent. Les communes de La Perrière et celle de Saint-Bon-Tarentaise qui se trouvent sur le territoire de la station huppée ont décidé d’adopter son nom.

Par Anne Hédiard

Après les élus de La Perrière lors du Conseil municipal du jeudi 23 juin, les élus de Saint- Bon ont voté à l’unanimité en faveur du regroupement de communes lors du Conseil municipal du lundi 27 juin 2016.

« Une décision historique » indique Philippe Mugnier, le maire de Saint-Bon, dans un communiqué.

© David André

Créée en 1946 sur la commune de Saint-Bon-en-Tarentaise par le Conseil général de Savoie, la station de Courchevel 1850 était initialement conçue comme une station sociale, destinée au ski populaire.

A l’époque, les terrains, des pâturages à moutons, avaient été acquis pour une bouchée de pain par le département.

Courchevel est devenue aujourd’hui une station prisée par les oligarques russes et les milliardaires anglo-saxons. Elle est truffée d'hôtels de luxe et de restaurants étoilés.





La Perrière et Saint-Bon-Tarentaise, deux petites communes de Savoie qui ne voient que des avantages à cette fusion :


« La commune nouvelle permettra de diversifier l’offre touristique avec la station de La Tania, les hameaux du Praz et de Village, de Moriond et Courchevel, de mutualiser les services, de s’affirmer plus fortement auprès des partenaires institutionnels et économiques (la Communauté de Communes Val Vanoise et la Société des 3 Vallées) et de maîtriser les évolutions qui pourraient un jour affecter le territoire. »

Par ailleurs, la nouvelle commune, qui comptera 2.419 habitant "bénéficiera des bonifications financières octroyées par l'État au titre de la dotation globale de fonctionnement et d'éviter, sur trois ans, une perte de recettes estimée à environ quatre millions d'euros".

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus