Savoie : un ouvrier porté disparu après un grave accident à l'usine Ugitech

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margot Desmas

Un pont d'aciérie s'est effondré lundi matin dans un atelier de l'usine Ugitech à Ugine. Les employés ont été évacués mais un ouvrier manque à l'appel. Ses chances de survie "sont infimes", selon l'entreprise.

Un ouvrier de l'usine Ugitech est porté disparu après un grave accident survenu lundi 3 janvier sur le site d'Ugine, en Savoie. Malgré des opérations de recherches qui ont duré toute la journée, "la personne disparue n’a pour le moment pas été retrouvée." A ce stade, ses chances de survie "sont infimes", selon l'entreprise.

L'accident s'est produit à 10h40 dans un atelier de l'usine. Un pont d'aciérie, haut d'une quinzaine de mètres et traversant le bâtiment, s'est affaissé au cours d’une opération de production "pour une raison encore inconnue", précise Ugitech. Cet effondrement a provoqué la chute d'un godet de 45 tonnes contenant du métal en fusion "sans écoulement de ce dernier à ce stade", précise la préfecture de la Savoie.

Une cinquantaine de pompiers interviennent actuellement pour sécuriser le site et éteindre un incendie qui s'est déclaré à la suite de l'accident. A 20 heures, les secours ne pouvaient toujours pas accéder à la cabine du pont où se trouverait l'ouvrier disparu en raison d'"un feu en partie haute", explique Ugitech.

Le godet a été stabilisé et le risque d'écoulement du métal en fusion "est désormais très faible", d'après la préfecture. Mais "un temps de refroidissement conséquent est nécessaire" avant d'accéder à la zone. D'autant qu'un risque d'effondrement persiste, "rendant l'environnement difficilement accessible et dangereux pour les sauveteurs", complète l'entreprise qui exprime "sa vive émotion et son soutien" aux proches de l'ouvrier disparu.

Nuage de fumée

"C'est une opération complexe et technique, souligne Emmanuel Clavaud, directeur du Sdis 73. Des moyens importants ont été positionnés sur le site. La priorité est de retrouver l’ouvrier qui manque à l’appel en faisant face à un feu électrique limité."

L'intervention des pompiers a nécessité "de réaliser des ouvertures dans les baies latérales du bâtiment de l’aciérie pour permettre à la chaleur de s'évacuer", ajoute la préfecture. Un large panache de fumée s'est ainsi dégagé de l'usine en fin de matinée. Il s'agit d'un nuage de poussière provoqué par l'effondrement du pont d'aciérie. Il ne présente "pas de danger pour la population", selon la préfecture.

"On essaye de laisser notre émotion de côté pour être opérationnel et mettre tous les moyens à notre disposition pour essayer de retrouver la personne disparue", indique Patrick Lamarque d'Arrouzat, le directeur général d'Ugitech. L'accident s'est produit au premier jour du redémarrage de l'usine, après une court période d'interruption en fin d'année pour des opérations de maintenance. Une enquête va être diligentée pour déterminer les causes de cet effondrement.

Le Plan d'organisation interne a été déclenché après l'accident et la cellule de crise activée au sein de l'entreprise. Une cellule psychologique a également été mise en place. Le centre d’opération départemental de la Savoie a été activé par le préfet "afin de coordonner les actions des services publics".

L'aciérie basée à Ugine est spécialisée dans la production de pièces en acier inoxydable et en alliages vendues à plusieurs types d'industrie. Ugitech emploie près de 2 000 personnes sur dix sites en France, en Allemagne et en Italie, dont un millier en Savoie.