Vacances à la montagne : la saison estivale s’annonce prometteuse dans les Alpes

Publié le
Écrit par MCP

Alors que les vacances scolaires débutent officiellement en fin de semaine, l’Observatoire de l’Agence Savoie Mont-Blanc publie ses premières estimations de fréquentation estivale. Après des mois de mai et juin bien remplis, les prévisions de réservations pour juillet et août sont encourageantes.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Y aura-t-il du monde en montagne cet été? Selon l’Observatoire de l’Agence Savoie Mont-Blanc, "la saison estivale 2022 s’engage correctement" avec un taux d'occupation prévisionnel des hôtels de 38%. Soit 11 points de plus par rapport aux mêmes prévisions à date l’an dernier.

L’hôtellerie de plein air (31% de taux d’occupation prévisionnel) et les locations de particuliers à particuliers (41%) signent également une belle performance, gagnant respectivement 4 et 3 points.

Des réservations de dernière minute

Ces prévisions devraient grimper à la hausse, car en été près de la moitié des clients de Savoie Mont-Blanc réservent moins d’un mois avant le séjour.

"Les socio-professionnels rencontrés récemment sont en très grande majorité optimistes pour cet été, confirmant une appétence des estivants pour la montagne et le retour des clientèles internationales qui tendent à retrouver des niveaux de départs quasi-conformes aux habitudes pré-covid" détaille Michaël Ruysschaert, directeur général de l’organisme de promotion bi-départemental de la Savoie et de la Haute-Savoie. Et tous les territoires profitent de l’embellie tant en stations d’altitude, qu’en stations villages ou aux bords des lacs".

L’Observatoire reste prudent sur certains points: "l’érosion du pouvoir d'achat liée au contexte inflationniste" et "l’intensification de la reprise épidémique" pourraient venir freiner les départs des Français et avoir un impact sur le bon déroulement des séjours et les réservations de dernière minute.

Malgré cette inconnue, les professionnels restent optimistes. Car la montagne, troisième destination préférée des Français après le littoral et la campagne, pourrait tirer parti du contexte altéré et redevenir une valeur refuge pour les vacanciers.