La skieuse américaine Lindsey Vonn ne veut pas représenter Donald Trump aux JO de Pyeongchang

© DON EMMERT / AFP.
© DON EMMERT / AFP.

La skieuse américaine Lindsey Vonn rejoint le mouvement des sportifs qui critiquent Donald Trump. Elle assure vouloir représenter "le peuple américain, pas le président" aux prochains JO de Pyeongchang.

Par YG avec AFP.

Lindsey Vonn, l'une des meilleures skieuses de l'histoire, a rejoint avant les JO-2018 de Pyeongchang le mouvement des sportifs américains de renom qui critiquent ouvertement Donald Trump: "J'espère représenter le peuple américain, pas le président", a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision CNN.

"Je prends les jeux Olympiques très au sérieux, ce qu'ils veulent dire, ce qu'ils représentent, ce que veut dire marcher derrière notre drapeau lors de la cérémonie d'ouverture", a poursuivi la championne olympique 2010 de descente lors d'un entretien à CNN diffusé ce mercredi 6 décembre 2017.

"Je veux représenter mon pays au mieux, je ne pense pas qu'il y a beaucoup de gens dans notre gouvernement qui le font actuellement", a regretté Vonn qui compte 77 victoires en Coupe du monde à son palmarès, un record pour une skieuse.

La skieuse de Vail (Colorado), quadruple lauréate du globe de N.1 mondiale et double championne du monde, disputera à 33 ans ses derniers JO et avait manqué les précédents Jeux, en 2014 à Sotchi (Russie) sur blessure.

Elle a également annoncé qu'elle ne se rendrait pas à la Maison blanche à l'invitation de Donald Trump, comme le veut la tradition pour les sélectionnés olympiques américains, au retour de Corée du Sud. "Absolument pas, il faut gagner de toutes façons pour y aller", a-t-elle déclaré, avant de se reprendre: "En fait, ce sont tous les membres de la délégation (olympique) qui sont invités, je n'irai définitivement pas", a-t-elle conclu.

Avant Vonn, des superstars de la NBA, comme LeBron James, Stephen Curry et Kevin Durant ont critiqué avec virulence le président américain qui, de son côté, ne mâche pas ses mots contre le mouvement lancé par les joueurs de football américain qui boycottent l'hymne américain pour protester contre les violences policières.


Sur le même sujet

François Hollande dans l'Allier : "je me situe au niveau des grands enjeux"

Les + Lus