St-Priest-la-Prugne : des résidus radioactifs dorment dans un lac artificiel

Publié le Mis à jour le
Écrit par dm

A St-Priest-la-Prugne, aux confins de la Loire, Areva (ex-Cogema) a exploité durant 25 ans une mine d'uranium. En 1980, le site a été fermé, l'usine démontée, des résidus hautement radioactifs plongés sous l'eau d'un lac, à trois mètres de profondeur. Qu'en est-il aujourd'hui de l'entretien du site?

Le lac et sa digue sont à moins de deux kilomètres à vol d’oiseau du coeur de Saint-Priest-la-Prugne. Les riverains sont de plus en plus inquiets en raison des tonnes de résidus radioactifs qui dorment depuis des dizaines d'années dans les eaux de ce lac. La question la plus urgente : connaître l’état de santé de la digue de 42 mètres de hauteur, faite de roche et de terre. Or, depuis novembre 2012, ce barrage aurait dû faire l’objet d’une mise en conformité spécifique. 

Les explications...
durée de la vidéo: 03 min 01
St-Priest-la-Prugne : des résidus radioactifs dorment dans un lac artificiel ©France 3 RA

Intervenants 
1 - Bruno Chareyron - Ingénieur CRIIRAD
2 - Violette Auberger - Conseillère départementale canton de Renaison (Gauche républicaine et citoyenne)
3 - Gilles Recoché - Directeur sécurité, Business group Mines Areva
4 - Fabien Sudry - Préfet de la Loire
5 - Arlette Maussan - Collectif bois noirs