Vacances d’été : restrictions locales, bons gestes… Tout ce qu'il faut savoir sur la pratique du bivouac dans les Alpes du nord

Publié le Mis à jour le

Les vacances d’été débutent ce week-end. Elles signifient l’augmentation du nombre de bivouacs dans les Alpes du nord. Pour encadrer l’explosion de la pratique et diminuer son impact sur la nature, des conditions spécifiques à chaque Parc national et régional de l'Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie sont mises en place.

"Depuis l'été 2020, pas mal de gens sont montés en montagne. C’est là qu'on a commencé à avoir des gens qui n'avaient pas l'habitude" de ce milieu, constate Christelle Ferrière, directrice générale adjointe de l'agence Savoie Mont-Blanc, l'organisme de promotion touristique des deux Savoie.

C’est notamment pour faire face à cette affluence importante, et pour diminuer son impact sur la nature, que le massif de la Chartreuse, en Isère, a interdit la pratique du bivouac sous tente. Il est possible de bivouaquer à la belle étoile. Mais les conditions varient selon les massifs et les réserves naturelles. Christelle Ferrière nous fait un point sur ce qui est autorisé ou pas.

Le bivouac lié à la réglementation locale

“En fait, il n’y a pas vraiment de règles globales.” Il faut regarder la réglementation locale. “Ca va être lié à chaque parc, chaque collectivité. Donc le premier conseil, déjà, c'est de se renseigner sur les règles de là où on va. La plupart du temps, c'est toléré en dehors des routes et des zones urbaines. Par contre, il y a des spécificités quand on est dans des réserves naturelles, donc des espaces préservés naturels, comme les parcs régionaux, les réserves, les parcs nationaux."

L’exemple le plus spécifique est celui du parc de la Vanoise. Le bivouac est autorisé et encadré seulement l’été, entre le 1er juin et le 30 septembre. Il se fait uniquement à proximité immédiate de certains refuges. La réservation est nécessaire et coûte 5 euros par personne. Au total, ce sont 23 refuges qui accueillent les personnes pour dormir sous tente. Pour sensibiliser sur les bons gestes à adopter, une vidéo pédagogique a été réalisée par le Parc.

Autre exemple, celui du massif des Bauges. Le bivouac est autorisé, "mais si vous plantez votre tente au coucher du soleil et que vous avez déguerpi aux premières heures de la journée", précise Christelle Ferrière. Globalement, quel que soit le lieu, la pratique est tolérée à ces heures de la journée.

Qu'on fasse du bivouac avec ou sans tente, il est interdit de faire du feu à même le sol. "Le sujet, c'est vraiment que les gens soient respectueux de l'endroit où ils vont […] Il y aura évidemment le bon sens, qui est le respect des animaux, ne pas faire de bruit, ne pas laisser de traces derrière."

Les mêmes gestes que l'on retrouve dans l'exercice de la randonnée. Comme la vidéo, le site de Savoie Mont Blanc sensibilise les personnes qui n'ont peut-être pas les codes de la montagne. "Laisser la faune et la flore tranquille et ne pas cueillir les fleurs, c’est un truc classique. On peut avoir une application pour prendre en photo ces fleurs et savoir ce que c'est, plutôt que de les cueillir. Penser à regarder la météo, à préparer son trajet.

Par ailleurs, pour juger ses capacités à faire une randonnée, Savoie Mont-Blanc a mis en place un test à remplir afin de s'aventurer sur des sentiers adaptés à son niveau. En effet, "les montagnards ont l'habitude de dire, c'est un D + de tant. Mais ça ne parle pas à des gens qui sont urbains et qui débarquent pour la première fois en montagne". Vous l'aurez compris quelle que soit la sortie, d'une journée ou de plusieurs jours, en bivouac ou sans, il est toujours mieux de se renseigner sur les conditions auprès des offices de tourisme.