• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Présidentielles : Didier Guillaume pour une candidature de Hollande sans primaire à gauche

Didier Guillaume (à droite) ici avec le patron du PS Jean Christophe Cambadélis et Bruno le Roux,président du groupe socialiste à l'assemblée nationale lors d'un rendez-vous à l'Elysée en janvier 2016 / © Max PPP
Didier Guillaume (à droite) ici avec le patron du PS Jean Christophe Cambadélis et Bruno le Roux,président du groupe socialiste à l'assemblée nationale lors d'un rendez-vous à l'Elysée en janvier 2016 / © Max PPP

Le sénateur socialiste de la Drôme Didier Guillaume, président du groupe au sénat, estime que Francois Hollande est le candidat légitime du PS à la présidentielle sans passer par une primaire à gauche. Et ce ,"même si ce n'est pas évident pour les Francais". 

Par Philippe Bette

Le président du groupe PS au Sénat Didier Guillaume a estimé mardi que le "candidat légitime" du PS à la présidentielle était François Hollande, même si ce n'est "pas évident" pour les Français, et qu'il ne devait pas se soumettre à une primaire. "Je crois que c'est le candidat légitime, mais que pour les Français aujourd'hui ce n'est pas évident. Il faut appeler un chat un chat. Aujourd'hui, quand on regarde la cote de popularité du président de la République, elle est faible. Elle est faible parce que (...) les mesures que nous prenons vont dans le bon sens mais ne portent pas assez leurs fruits", a admis M. Guillaume, invité de l'émission "Preuves par trois" de Public Sénat en partenariat avec l'AFP.

"Nous voyons bien que la ligne, le sens politique que nous voulons donner, n'est pas assez compris, parce que nous ne sommes pas assez bons pour l'expliquer", a poursuivi le sénateur. 
Pour lui, "si François Hollande décide de se représenter à l'élection présidentielle (...) évidemment il n'y aura pas de primaire à gauche". "La politique menée est la bonne. Je pense par contre que  nous avons deux souci: nous ne faisons pas assez d'explication (...) surtout nous n'avons pas de résultats (...) nous allons tout faire pour qu'il y ait des résultats dans l'année qui vient", a insisté M. Guillaume, qui ne veut pas "être dans le déni".

"Si François Hollande n'allait pas à l'élection présidentielle de 2017, (...) qu'il choisisse ou qu'il ne puisse pas y aller (...) on serait dans une telle situation
politique qu'après il faudrait essayer quand même de nous serrer les coudes et de sauver les  meubles", a-t-il conclu.

Sur le même sujet

Jack Bauer au Festival The Green Escape à Craponne-sur-Arzon

Les + Lus