• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Orléans : Un promoteur immobilier controversé offre la vie de château à des sans-abri

Le château des Hautes Montées, à Orléans. / © AFP/ Guillaume Souvent
Le château des Hautes Montées, à Orléans. / © AFP/ Guillaume Souvent

Un château du XIXe siècle près d'Orléans est le théâtre depuis quelques semaines d'une singulière querelle. Le promoteur immobilier y loge  des sans-logis, au grand dam des co-propriétaires, avec lesquels il est en conflit pour malfaçons.

Par Vanessa Hirson (AFP)

"J'ai des appartements vides, je ne peux rien en faire, c'est absurde alors que tant de gens sont mal logés ! Je les utilise donc à des fins humanitaires", assure Emil Penev, qui a racheté, iil y a 7 ans, à la mairie d’Orléans, le château des Hautes Montées. Son objectif : faire de cette grande bâtisse XIXe une "résidence de standing".

Le promoteur a en effet accueilli dans les appartements vides le premier sans-abri vers la mi-février 2014. Il estime pouvoir loger une quarantaine de famille dans les trois ou quatre logements qu'il n'a pas encore vendus, ainsi que dans un ancien gymnase situé sur le domaine. Et six à sept personnes d'origine bulgare sont installées depuis quelques jours dans un appartement de 150 m2 au rez-de-chaussée de l'édifice.

Colère et inquiétudes des co-propriétaires

Mais selon le syndic, les logements seraient dépourvus de tout confort. "Un seul d'entre eux parle français, les autres ne répondent pas. Apparemment, ils n'ont pas d'électricité et s'éclairent à la lampe à pétrole. Nous craignons des risques d'incendie", explique Sébastein Lescop, propriétaire d’un appartement dans lequel il a emménagé en 2009.

Les copropriétaires, eux, considèrent que ce promoteur n'a rien d'un philanthrope et veut au contraire leur faire payer les actions en justice qu'ils ont engagées contre lui pour malfaçons depuis plusieurs années. "Nous ne sommes pas naïfs, nous savons qu'il est de mauvaise foi", s'insurge Sébastien Lescop.

"Une de mes voisines s'inquiète désormais de laisser ses enfants seuls dans le parc et une pétition circule pour demander leur départ. Nous avons tenté de prendre des photos, mais ils se réfugient chez eux quand ils nous voient".

Le promoteur affirme pour sa part s'être rendu il y a peu dans des camps de roms en région parisienne et pourrait "monter une association pour porter le projet". Il a aussi contacté la préfecture du Loiret dont les services juridiques "examinent le dossier", selon lui.


Des appartements sous le coup d’une hypothèque judiciaire

Ces appartements, qui s'affichent encore à la vente sur le site de la société immobilière Zénith Promotion, sont sous le coup d'une hypothèque judiciaire qui gèle les derniers lots non commercialisés, dans l'attente d'une solution sur le règlement des malfaçons.

Les travaux de réfection annoncés sur les parties communes, comme le ravalement de la façade ou la réfection des escaliers, n'ont pas été réalisés dans les règles ou n'ont jamais été achevés, explique le syndic, Pascal Dareau. A l'extérieur, des tourelles menacent ruine. A l'intérieur, des appartements moisissent, les caves sont totalement inutilisables, certaines installations électriques se révèlent non conformes...

L'avocat des copropriétaires, Me Emmanuel Potier, dénonce quant à lui "une volonté de nuire", même si "l'idée d'installer des sans-abri pourrait a priori paraître sympathique". Ce promoteur, déplore Me Potier, "n'en est pas à sa première histoire à Orléans" et selon l'avocat il fera sans doute tout pour faire trainer les procédures en longueur et éviter de payer la remise en état des malfaçons.

Sur le même sujet

Manifestation des défenseurs de la cause animale à la Fête de la Sange de Sully-sur-Loire (Loiret)

Les + Lus