• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

A J-1 dans quel état d'esprit sont les coureurs?

C'est la cohue, les coureurs accompagné de leur famille viennent récupérer leur dossard. / © D.Cros/France 3 Centre
C'est la cohue, les coureurs accompagné de leur famille viennent récupérer leur dossard. / © D.Cros/France 3 Centre

Détendus ou stressés ... cela dépend. Certains coureurs se sont inscrits pour le plaisir, d'autres au contraire visent la performance. En tout cas, tous ont un point commun, ce samedi soir, veille de compétition, ils vont se coucher tôt et manger des pâtes. 

Par D.Cros

Elle vient tout juste de récupérer son dossard. Alice Sainte-Rose s’est inscrite pour la première fois aux 10 kilomètres. Elle se sent prête. Depuis six mois, elle s’entraîne toutes les semaines environ une heure. Après une journée en famille, ce samedi soir, elle va dîner avec des amis. Frédéric Dijond est dans le même état d’esprit. Il est serein. " Je m’entraîne trois fois par semaine, j’allie séances d’endurance et séances plus toniques ". Pour lui, pas de réel enjeu : " je n’ai pas de temps de référence, ce sera vraiment la surprise à l’arrivée. Je risque de perdre du temps au départ, quand on voit le nombre d’inscrits, çà risque de jouer des coudes et à mon avis et il va falloir du temps avant que tout le monde franchisse la ligne d’arrivée ".

Si elle est détendue, ce n’est pas le cas de Marine Beraud. L’année dernière, elle a parcouru les 10 kilomètres en 1h39, cette année, elle espère baisser son chrono à 1h30. " J’ai travaillé d’arrache-pied pendant un an, je me suis inscrite au club Running 37 à Joué-les-Tours, j’ai fais jusqu’à cinq entraînements par semaine. Aujourd’hui ça peut aller, mais demain dimanche, ce sera plus dur " explique-t-elle. Puis elle ajoute : " Mon objectif, c’est améliorer mon temps certes mais c’est aussi de ne pas me blesser. Le 16 octobre prochain, je participe aux Championnats de France à Saint-Denis ". Elle conclu en rigolant : " Ce samedi soir, veille de compétition, rien de bien original au programme : pour moi aussi, ce sera une assiette de pâtes suivie d’un coucher tôt ".

Tours : des marathoniens stressés ou au contraire très sereins


Anita vient d’Amboise et elle l’avoue, elle est très stressée : " j’ai la pression, c’est la première fois que je fais un marathon. Quand j’ai récupéré mon dossard, j’étais super contente ". D’ordinaire, cette sportive de 42 ans s’inscrit à la course des 10 ou 20 kilomètres. En cette veille de compétition, pour se détendre, elle s’est promenée et à passer la journée avec ses amis. Vincent Bocage sera lui aussi sur la ligne de départ. " J’essaie de ne pas me mettre la pression, mon seul objectif c’est de finir la course. Ce samedi, je n’ai pas chaussé, je me suis détendu, et hier vendredi, j’ai nagé ".

Grégoire Manson est dans la file d’attente pour récupérer son dossard. C’est la sixième fois qu’il va participer à un marathon. " Je suis serein, ce n’est pas la première fois et je me suis bien préparé, j’aimerais bien faire les 42,195 kilomètres en 3h30/3h45 maximum ". Ce samedi soir, il va se coucher tôt et lui aussi manger des pâtes. Avant la course, il va se lever bonne heure pour déjeuner tranquillement et prendre le temps de digérer et de se préparer. Ça seule véritable inquiétude pour la course : " j’espère qu’il ne va pas pleuvoir, ces derniers jours, il fait très chaud ". Allez comme lui, on croise les doigts …

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus