• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

L'ancêtre du cinéma parlant mis aux enchères près de Tours

Le commissaire-priseur Aymeric Rouillac et le chronomégaphone Gaumont, devant le château d'Artigny. / © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Le commissaire-priseur Aymeric Rouillac et le chronomégaphone Gaumont, devant le château d'Artigny. / © GUILLAUME SOUVANT / AFP

A l'heure où la Croisette retient son souffle, l'ancêtre du cinéma parlant, le Chronomégaphone, inventé par le Français Léon Gaumont en 1902, s'apprête à être mis en vente, le 7 juin prochain, en Indre-et-Loire. Valeur estimée : un million d'euros !

Par ET (avec AFP)

Il pèse pas moins de 450 kilos, pour une valeur estimée à un million d'euros par le commissaire-priseur Aymeric Rouillac... Le Chronomégaphone sera sans nulle doute la star de la vente aux enchères du 7 juin au château d'Artigny, dans l'Indre-et-Loire. Et pour cause : il s'agit de l'ancêtre du cinéma parlant, inventé par Léon Gaumont, en 1902.

"C'est non seulement l'appareil le plus sophistiqué parmi ceux conservés dans des collections publiques ou privées, mais il s'agit surtout du seul qui soit resté intégralement conservé avec tous ses accessoires, petits comme grands : malles et leur contenu, affiches, ainsi que 14 "phonoscènes" dont sept avec disques, ainsi qu'une dizaine de films muets", s'enthousiasme Aymeric Rouillac.

L'appareil avait été acheté au début de l'année 1912 pour 8.330 francs or, c'est-à-dire l'équivalent de deux millions d'euros.
Le chef d'orchestre, pièce maîtresse de l'appareil. / © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Le chef d'orchestre, pièce maîtresse de l'appareil. / © GUILLAUME SOUVANT / AFP

Tournée mexicaine

Son acquéreur tourangeau, Charles Proust, avait pour ambition de faire fortune en faisant la tournée des villes du Mexique pour montrer ses "photoscènes". Le modèle mis en vente, estampillé N°11-005, est réparti en quatre malles et fonctionne sur courant continu de 70, 110 ou 220 volts.

Le son, enregistré sur un phonographe et amplifié grâce à une pompe à air, est synchronisé avec l'image sur pellicule par un appareil baptisé "chef d'orchestre". Une cinquantaine de Chronomégaphones seulement a été fabriquée et envoyée à travers le monde, notamment en Europe, au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique, en Inde, en Australie ou au Japon, selon l'inventeur Léon Gaumont.

Aventures latino-américaines

La première représentation à Mexico, en mai 1912, faillit tourner à l'émeute. Charles Proust n'avait pas prévu qu'il fallait adapter son appareil au courant électrique alternatif du Mexique et ne dût son salut qu'à un bricolage conçu à la hâte : la séance commence, alors que des coups de feu sont tirés dans le plafond. La projection pendant à peine plus de deux minutes et demie de "La légende du roi Gambrinus", une chanson à la gloire de la bière alors en vogue en France, est un triomphe...

L'aventure tournera court à cause de la révolution mexicaine : "L'insécurité règne et il est compliqué de se déplacer à travers le pays pour renouveler son public. De plus, l'éloignement de la France empêche l'achat et la livraison de nouveaux films parlants", raconte le commissaire-priseur Aymeric Rouillac.

En sommeil durant plus d'un siècle

L'équipe du premier cinéma parlant en Amérique latine embarque alors le 30 septembre 1912 pour Cuba où, après des présentations de films muets à Ciego de Avila, dans le centre de l'île, le Chronomégaphone est transporté à La Havane en novembre.

Le choix de programmer des scènes d'opéra ne remporte pas un franc succès auprès du public de la capitale cubaine et, fin novembre, Charles Proust et son frère entament une tournée en province qui s'achèvera à Santiago de Cuba, le 23 février 1913. 

Une dernière tentative est faite au Costa Rica, le 7 mars 1913 au théâtre Montecarlo de Heredia. Mais les caisses sont à sec et le Chronomégaphone rentre en France pour y dormir jusqu'à sa mise en vente en 2015.

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus