Bilan économique 2016 en Centre-Val de Loire : la région en retard par rapport au reste de la France

Les six principales villes du Centre-Val de Loire / © CC0
Les six principales villes du Centre-Val de Loire / © CC0

La région Centre Val de Loire s’inscrit avec retard dans la dynamique nationale de reprise, mais sur le front de l'emploi, l’amélioration est notable. Voilà les conclusions d'un rapport de l'Insee qui vient de paraître. 

Par Fabienne Marcel

Chaque année, l'INSEE dresse un bilan de l'activité économique dans la région. Le rapport pour 2016 vient de tomber. En Centre-Val de Loire, la reprise est là, même si elle reste fragile. 
La reprise de la croissance nationale, amorcée en 2013, permet pour la deuxième année consécutive une augmentation du PIB au-dessus du seuil de 1,0 % (+ 1,2 % en 2016). Le taux de chômage, en léger repli, s’établit nationalement à 10,0 % fin 2016. Le Centre-Val de Loire s’inscrit dans cette dynamique, avec une confirmation de l’amélioration de l’emploi, une légère baisse du taux de chômage et une quasi-stabilisation de la demande d’emploi. Par contre le dynamisme national en matière de création d’entreprises (+ 5,6%) ne se répercute pas dans la région.


La courbe du chômage a fini par s'inverser en Centre Val de Loire 


La quasi stabilisation de la demande d’emploi cache cependant des disparités : la situation des jeunes sur le marché du travail s’améliore, en revanche les seniors et chômeurs de longue durée rencontrent toujours des difficultés importantes. La situation des femmes se détériore légèrement.

Après la forte hausse enregistrée en 2015 (+ 5,8 %), le nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B et C en Centre-Val de Loire tend à se stabiliser au cours de l’année 2016 (+ 0,2 %). En France métropolitaine, ce nombre de demandeurs d’emploi diminue très légèrement. Les seniors sont de plus en plus touchés (+ 5,2 % dans la région), alors que la demande d’emploi du public jeune est en net repli de 7,4 %.


Le Loiret moteur de la croissance de l’emploi dans la région


En Centre-Val de Loire, l’emploi salarié marchand poursuit, au cours de l’année 2016, l’amélioration amorcée l’année précédente. Cette croissance est quasi similaire à celle observée au niveau national (Métropole). L’emploi dans le tertiaire augmente de nouveau cette année, en grande partie grâce à la forte croissance de l’emploi dans l’intérim. En revanche, la construction et l’industrie connaissent toujours les mêmes difficultés et la reprise s’y fait attendre. Le Loiret est le moteur de la croissance de l’emploi dans la région. Dans une moindre mesure, le Cher, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher sont aussi porteurs en matière de création d’emploi.

Le dynamisme national en matière de création d’entreprise ne se répercute pas dans la région, en dehors du secteur des services. La reprise de la construction amorcée en 2015 se poursuit et laisse espèrer une inflexion de la courbe de l’emploi dans ce secteur. Le secteur des transports semble également redémarrer. Les mauvaises conditions climatiques ont pesé sur la production agricole mais aussi, avec les attentats, sur le tourisme et sur le commerce. Les échanges commerciaux restent excédentaires.


Agriculture : les productions plombées par la météo catastrophique


Si il y a un domaine pour lequel 2016 a été une année noire, c'est l'agriculture. Aucune production végétale n’a été épargnée par une météo peu clémente. Les pluies intenses de fin mai-début juin et le manque de lumière ont gravement endommagé les grandes cultures et sévèrement entamé la récolte fourragère tandis que le gel a amputé la vendange d’un tiers.

Les intempéries du mois de mai ont décimé les cultures. / © FM - France 3 Centre-VDL
Les intempéries du mois de mai ont décimé les cultures. / © FM - France 3 Centre-VDL

La sécheresse estivale a pris le relais. Les cours du blé, liés à une récolte mondiale record, n’ont pas bondi pour autant. Les productions légumière et fruitière ont été retardées. Les cours des vins poursuivent en revanche une belle progression.
Les productions animales suivent des trajectoires divergentes : alors que les cours du porc se redressent sensiblement, les cours de la viande bovine et du lait de vache décrochent. Les broutards se sont bien exportés, malgré les contraintes liées à la fièvre catarrhale ovine. Les charges liées à la production agricole s’allègent encore.

Retrouvez le bilan complet de l'INSEE : ICI 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Florian Truchot, vise le plus haut niveau international en natation

Près de chez vous

Les + Lus