Près de Bourges, une commune récupère sa crèche, disparue depuis 30 ans

Une petite annonce sur Le Bon Coin à 75.000 euros a permis à la commune de Châteauneuf-sur-Cher de retrouver la trace de la crèche dont elle était propriétaire. Après une bataille juridique d'un an, elle revient dans son lieu d'origine et sera présentée au public. 

La crèche avait été vendue par l'ancien recteur de la basilique dans les années 1990. Appartenant à la commune, il n'était pas en droit de le faire.
La crèche avait été vendue par l'ancien recteur de la basilique dans les années 1990. Appartenant à la commune, il n'était pas en droit de le faire. © Isabelle Racine / France 3 Centre-Val-de-loire

Jésus revient parmi les siens, à Châteauneuf-sur-Cher. Les fêtes de Noël sont déjà passées, mais ce samedi 6 février 2021, la basilique Notre-Dame des Enfants expose fièrement sa crèche.

Pour la première fois depuis 30 ans, un public, composé principalement d'élus, a pu admirer les quatorze sujets en plâtre peints qui la composent. Elle avait disparu dans les années 1990. 

Le maire de Châteauneuf-sur-Cher, qui l'avait connu à l'époque, ne cache pas son émerveillement. "Elle est devant moi, c'est fou ! Elle est magnifique"

Pour certains, un tas de souvenirs vont se bousculer dans leur tête; Les autres, vont découvrir un patrimoine très intéressant et très beau.

William Pelletier, Maire de Châteauneuf-sur-Cher

Le maire espère maintenant en faire profiter un maximum de personne. Dès le dimanche 7 février, les habitants de la commune et les curieux pourront, à leur tour, voir ou revoir l'œuvre tant attendue qui "n'aurait jamais dû partir" ajoute-t-il. 

Démodée et mise aux oubliettes

Mais comment a pu disparaître une crèche de cette envergure ? "Pour bien comprendre, il faut se remettre dans le contexte", répond le recteur de la basilique, Mgr Hervé Benoit  "L’art du XIXe siècle n’était plus "vintage" ; sur le marché, il ne valait rien. Localement, à Châteauneuf, les prêtres avaient organisé avec les fidèles une magnifique crèche vivante qui avait un grand succès. La crèche de plâtre, démodée, a été oubliée dans un coin. Bref, à l’époque, personne ne s’est inquiété de rien."

Selon lui, sa vente a probablement contribué à financer des restaurations dans la Basilique. Problème, achetée en 1887 aux ateliers de l’Institut catholique de Vaucouleurs, dans la Meuse, selon la loi de l'Église et de l'Etat de 1905, elle appartient donc à la commune et ne pouvait pas être vendue par le recteur de l'époque.


Vend “Grande Crèche d'Église ‘rare’” sur Le Bon Coin

C’est dans un but commercial que la crèche refait surface sur Internet. Mais cette réapparition donne lieu à une bataille juridique. Son retrour demeura donc, pendant un temps, incertain.

En 2019, Claude Depienne, un habitant de Nîmes, poste une annonce sur Leboncoin pour ce bien racheté à un antiquaire, il y a 25 ans. À l’époque, Claude et sa femme Éliane pensaient tirer 75.000 euros de la vente de cette crèche décrite comme "originaire de Châteauneuf-Sur-Cher".

L’annonce finit par atterrir jusqu’aux oreilles du prêtre Hervé Benoit. Pour ce dernier, et après vérification dans les archives, l'œuvre est bien la même qu’il y a 30 ans. "J’ai compris immédiatement quel trésor elle représentait, replacée dans le cadre de la basilique, de style néo-gothique. assure-t-il. De plus, nous possédons un impressionnant 'Chemin de croix' de la même provenance et de la même qualité." 

La crèche est composée de 14 sujets en plâtre peinte, mesurant entre 69 cm et 1m17
La crèche est composée de 14 sujets en plâtre peinte, mesurant entre 69 cm et 1m17 © Isabelle Racine / France 3 Centre-Val de Loire

Le processus pour la récupérer s'enclenche. "Dans un premier temps, l’Archiconfrérie Notre-Dame des Enfants a fait une offre commerciale. Malgré des mois de négociations, les vendeurs n’ont pas accepté cette offre très raisonnable. Suite à cet échec, M. Pelletier, maire de Châteauneuf, est intervenu" explique le prêtre. 

De son côté, Monsieur le Maire, William Pelletier insiste :

"Elle n'aurait jamais dû partir. Elle n'aurait jamais dû être achetée ni vendue. C'est une méconnaissance des lois."

Le maire de Châteauneuf, aidé du maire de Saint-Céols (Cher), avocat de métier, entame une action auprès du Tribunal administratif de Nîmes, tout en proposant un compromis aux détenteurs de la crèche, de nouveau rejeté. Le juge devait se prononcer le 6 janvier 2021.


Un "miracle de Noël"


Retournement de situation en décembre dernier. Alors que les désaccords entre les deux parties semblaient rendre tout compromis impossible, une surprise attend le recteur du sanctuaire de Châteauneuf-sur-Cher, le matin du 24 décembre 2020. Sur le parvis de la basilique, le collectionneur nîmois vient rendre la crèche. Sans contrepartie.

"Je dois l’avouer, je n’y croyais plus beaucoup" commente le père Benoit, qui se plaît à reprendre l'expression "un miracle de Noël"  lu dans la presse locale. "C'est une grande joie à partager, comme la fête de la Nativité qui se prolongerait. C’est important dans ces moments difficiles, n’est-ce pas ?"


Présentée au public pendant les vacances scolaires

Il a fallu être patient encore quelques semaines pour afin apprécier la crèche, le temps aux bénévoles pour la nettoyer. "Au bout de 30 ans, elle était très sale et des retouches de peinture étaient nécessaires. Il fallait prendre des précautions car nous ne connaissions pas son état réel. Chaque personnage a été regardé de près et retrouve un nouvel éclat" explique le recteur. 

Elle sera exposée pendant la durée des vacances scolaires en respectant les mesures sanitaires. Pour des raisons de sécurité, exceptionnellement, la basilique ne sera ouverte que de 14h00 à 18h00.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société patrimoine culture insolite