Chinon (37) : la confédération paysanne proteste contre le rachat des terres agricoles par EDF autour de la centrale

Publié le Mis à jour le

EDF souhaite agrandir son territoire autour des centrales de la région. A Chinon en Indre-et-Loire, le syndicat agricole de la confédération paysanne proteste contre ses extensions.

EDF veut s’étendre autour de la centrale de Chinon, elle souhaite aussi le faire autour de la centrale de Belleville-sur-Loire dans le Cher et St-Laurent en Loir-et-Cher. Ce verndredi matin, de's membres de la confédération paysanne d’Indre-et-Loire ont montré leur désaccord. Une cinquantaine s'est rassemblée non loin de la centrale de Chinon en Indre-et-Loire sur les terres convoitées par EDF. Le syndicat s'inquiète des ambitions de l'entreprise. Le syndicat craint une augmentation des prix du foncier dans la zone. 
 

La confédération paysanne s’inquiète 

"Les craintes que nous avons, c’est surtout par rapport aux agriculteurs : pourquoi ce sont les terres agricoles qui sont reprises aux agriculteurs ? Aujourd’hui, les paysans n’arrivent plus à s’installer car les terres coûtent cher. 


EDF entretient le flou quant à la finalité de ses achats : constructions d’EPR (le réacteur pressurisé européen de troisième génération), centrale photovoltaïque, démantèlement de réacteurs…

D’après le quotidien de l’écologie, Reporterre, EDF chercherait à acquérir près de 400 hectares de terre près de ses trois centrales nucléaires de la région Centre-Val de Loire : Chinon en Indre-et-Loire, Belleville-sur-Loire dans le Cher et St-Laurent en Loir-et-Cher.