• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Cussay : les parents se mobilisent contre la fermeture d'une classe de leur école

Ce matin, une cinquantaine de personnes étaient présentes devant l'école pour protester. / © France 3 CVDL
Ce matin, une cinquantaine de personnes étaient présentes devant l'école pour protester. / © France 3 CVDL

Les parents de Cussay espèrent empêcher la fermeture d'un niveau dans l'école de leur village, synonyme pour eux de la mort de l'école. 

Par Yacha Hajzler

"On était dans le collimateur de l'inspection* parce que l'effectif était tombé sous la barre des 50 élèves. Mais à la rentrée prochaine, il y en aura 54 !" Karine Bodin, membre de l'association des parents d'élèves, est combative. Ils l'étaient tous, ce matin, pour bloquer, en signe de protestation, la petite école de Cussay.

"Est-ce qu'on peut faire des économies sur nos enfants ?!"


Dans ce village, la suppression d'un poste d'enseignant, annoncée pour la rentrée prochaine, a soulevé l'indignation des parents. L'école de leur village, elle compte trois classes, de la maternelle à la primaire.

Un poste en moins, c'est donc un voire deux niveaux en moins, et des parents qui risquent de scolariser ailleurs leurs enfants, à Ligueil par exemple.

"Notre école fonctionne très bien, s'indigne Karine Bodin. Les résultats sont excellents, le matériel pédagogique est complet, les locaux sont propres, sécurisés. On nous a même installé un parking sécurisé l'année dernière ! En fait, ils veulent supprimer un poste pour faire des économies mais est-ce qu'on peut faire des économies sur nos enfants ?!"

A terme, les parents redoutent la fermeture de l'école. 

Avec un niveau supprimé, l'école risque d'attirer de moins en moins de parents. / © France 3 CVDL
Avec un niveau supprimé, l'école risque d'attirer de moins en moins de parents. / © France 3 CVDL


Coeur de village


L'enjeu, selon eux, c'est en fait le village tout entier. "L'école, pour nous, c'est le coeur du village. Grâce à ça, on se connaît, on organise beaucoup d'activités. On veut vraiment garder ce lien social." explique Karine Bodin, maman d'une petite Amélia, en CE1. 

"On va se battre. On sera devant la sous-préfecture de Loches le 8 février, et le 12, à 17 heures, à la préfecture de Tours pour remettre notre pétition. Je ferai tout pour que ma fille puisse rester à Cussay."

La décision de l'Education Nationale sera connue le même jour. 

Note

*Pour les écoles maternelles et élémentaires publiques, la décision d'ouvrir ou de fermer une classe relève du directeur académique des services de l'éducation nationale. Quand elle n'implique pas immédiatement la fermeture de l'école, la municipalité n'est pas amenée à valider ou non la décision. 

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus