• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Un équipage en situation de handicap au coeur du dispositif des 24h du Mans

SRT 41, la filière Frédéric Sausset : cap sur Le Mans 2020 / © Pascal Aunai, SRT41
SRT 41, la filière Frédéric Sausset : cap sur Le Mans 2020 / © Pascal Aunai, SRT41

Le Loir-et-Chérien Frédéric Sausset, premier pilote quadri-handi à avoir terminé les 24h du Mans en 2016, va encadrer une équipe de pilotes en situation de handicap sur la course "Road To le Mans 2019", en prélude à la 87e édition des 24h au mois de juin.

Par Christelle Chapiotin

C'est l'une des premières choses qu'il avait annoncé à l'issue de son arrivée, historique, lors des 24h du Mans auto en 2016, le Loir-et-Chérien  Frédéric Sausset, premier pilote quadri-handi à terminer cette course mythique voulait faire découvrir cette aventure à d'autres personnes dans la même situation que lui.

Son exploit avait largement été relayé et n'était pas passé inaperçu, cela ne pouvait que l'encourager dans son projet :
 

Profitant de ces énormes retombées, Frédéric Sausset a monté sa filière à l'automne 2017, et recruté 3 pilotes handicapés avec pour objectif de les emmener au plus haut niveau, le point d'orgue étant une participation aux 24h du Mans en 2020.

C'est ainsi  que depuis  2018, le Japonais Takuma Aoki, le Belge Nigel Bailly et le Français Snoussi Ben Moussa écument les pistes, et emmagasinnent de l'expérience.

Nous avons commencé en 2018, sur le VdeV, championnat d'endurance européen, pour rôder les pilotes. Pour notre première année de compétition, sur 5 courses, nous avons fait 3 podiums.


L'équipage du SRT 41 participe cette saison à un nouveau championnat, l'Ultimate Cup Series, gardant toujours en tête cet objectif sarthois, duquel il va déjà se rapprocher cette année : il est engagé sur la "Road to Le Mans", une épreuve disputée en parallèle de la course reine.

Sur 85 demandes, envrion 60 reçoivent une réponse favorable. C'est une très bonne chose pour nous, un bel événénement médiatique qui va permettre en même temps aux pilotes de découvrir le grand circuit, et de s'imprégner de cette ambiance si particulière.

Frédéric Sausset se sait soutenu par la grande famille du sport automobile et des 24h, qui vont lui réserver, c'est sûr, un très bon accueil. Cette fois il ne sera pas au volant, il y reviendra, mais pour l'heure, il souhaite avant tout partager son expérience et son savoir-faire, et mettre en avant l'intégration du handicap par le biais du sport de haut niveau, en se mêlant aux valides.
 

Plusieurs roulages, entre essais et courses, sont prévus durant la grande semaine des 24h, à partir du 13 juin. Belle initiative de Frédéric Sausset, et grand coup de chapeau à toute l'équipe, au volant de la Ligier JSP3-Nissan numéro 84

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus