Tirs de mortiers et de projectiles : des affrontements entre policiers et personnes cagoulées secouent la Madeleine, à Chartres

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thomas Hermans

Les policiers de Chartres sont intervenus cette nuit pour protéger des sapeurs-pompiers, venus éteindre des feux sur la voie publique. Les forces de l'ordre auraient été la cible de projectiles et de mortiers d'artifice.

Des heurts entre des personnes cagoulées et la police ont gardé le quartier de la Madeleine éveillé tard cette nuit du samedi 16 au dimanche 17 avril à Chartres. Aux alentours de 23 heures, les sapeurs-pompiers ont dû intervenir pour éteindre un feu sur la voie publique, protégés par la police chartraine, a appris L'Écho républicain, information confirmée par le commissaire central adjoint Matthieu Thibault à France 3.

Selon lui, "un feu volontaire" a été déclenché sur un "amas de poubelles et de détritus", au niveau de l'avenue Joseph-Pichard. Un deuxième feu, lui, est parti à l'intérieur de la cour du Leroy Merlin de Chartres, interdite d'accès au public. Les enquêteurs cherchent à savoir "si une personne s'est introduite pour mettre le feu ou si un mortier a déclenché l'incendie". 

Pas d'interpellations

Sur place, les policiers auraient fait face à "des individus hostiles et cagoulés", qui auraient jeté des projectiles et des mortiers d'artifice sur les fonctionnaires, ajoute le commissaire. Les forces de l'ordre locales ont alors reçu le soutien de la CRS 8 de Bièvres, dans l'Essonne, avant la fin des affrontements vers 2h du matin. Il n'y a eu ni interpellations, ni blessés du côté des policiers, assure Matthieu Thibault.

La police de Chartres est chargée de l'enquête pour identifier les auteurs des faits, et pour déterminer les causes des violences. Selon le commissaire, un lien pourrait exister avec une interpellation, la veille, d'un homme "pour des faits de refus d'obtempérer, outrage et rébellion". Ce qui reste, pour le moment, une simple hypothèse.